Demonstrations Continue In Tunisia As Calls Come For Dissolution Of Ruling Party

Des centaines de Tunisiens ont manifesté samedi dans le sud du pays contre le chômage et la mort d’un jeune homme qui, selon eux, a été tué par des soldats en début de semaine.

Des manifestants de la ville de Remada ont exigé que le président Kais Saied se rende dans leur région pour discuter de leurs conditions de vie, ont indiqué des témoins à l’AFP et des vidéos publiées en ligne ont montré.

«Soit nous obtenons une vie meilleure, soit nous mourons tous», pourraient entendre des manifestants, dont des femmes, selon les rapports.

«Nous voulons voir le président Kais Saied. Nous avons voté pour lui et il doit venir ici à Remada pour nous entendre et voir comment nos enfants sont tués », a déclaré une femme vue dans une vidéo.

Mardi soir, un jeune homme soupçonné d’être un passeur a été tué lors d’une opération de police dans la ville, qui est proche de la frontière avec la Libye, criblée de conflits.

Le ministère de la Défense a ouvert une enquête pour déterminer s’il est décédé lorsque des soldats ont ouvert le feu sur quatre véhicules transportant des marchandises de contrebande en provenance de Libye.

Le sud de la Tunisie est l’une des régions les plus marginalisées du pays, avec un chômage supérieur à la moyenne, des infrastructures défaillantes et un secteur privé en retard de croissance.

Près d’une décennie après la révolution qui a renversé Zine El Abidine Ben Ali, le gouvernement n’a pas encore résolu les inégalités régionales.

Ces dernières semaines, des manifestations ont également secoué la ville méridionale de Tataouine, à quelque 80 kilomètres (50 miles) de Remada, et des manifestants ont exigé du gouvernement qu’il s’engage en 2017 à investir des millions pour développer la région et fournir des emplois à des milliers de personnes.

Les manifestants de Tataouine ont bloqué des routes et ont cherché à empêcher les camions d’accéder à la station de pompage éloignée d’El-Kamour dans le désert à l’extérieur de la ville.

« La situation dans le sud de la Tunisie est inacceptable », a déclaré Saied dans une vidéo publiée jeudi sur la page Facebook officielle de la présidence.

Saied, qui s’était concentré sur la jeunesse tunisienne privée de ses droits durant sa campagne électorale de 2019, a déclaré que les manifestations étaient « légitimes » tant qu’elles respectaient la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici