7 mars 2019 | 3.97K vues | 0 commentaire

Hadith du jour : Untel me devait de l’argent. Je suis donc allé vers sa famille...

Image de l'article Hadith du jour : Untel me devait de l'argent. Je suis donc allé vers sa (...)
ZOOM

D’après ’Oubada Ibn Al Walid :

Je suis sorti avec mon père pour rechercher la science vers ce quartier des ansars (1) avant qu’ils ne meurent.
La première personne que nous avons rencontré était Abou Al Yasar (radi allahu anhu), le compagnon du Prophète (salla allah alayhi wa salam). Il avait avec lui un de ses enfants et un tas de papier.
Mon père lui a dit : “Ô mon oncle ! Je vois sur ton visage des signes d’énervement”.
Il a dit : “Oui. Untel le fils d’untel me devait de l’argent. Je suis donc allé vers sa famille, je leur ai passé le salam et j’ai dit : Est-ce qu’il est là ?”
Ils ont dit : “Non”.
Un de ses enfants à l’âge de l’adolescence est sorti vers moi et je lui ai dit : “Où est ton père ?”
Il a dit : “Il a entendu ta voix et est alors rentré dans la couche à ma mère”.
J’ai dit : “Viens ici, je sais certes où tu es !”
Il est sorti et j’ai dit : “Qu’est-ce qui t’a poussé à te cacher de moi ?”
Il a dit : “Par Allah ! Je vais te parler sans te mentir. Par Allah ! J’ai eu peur de te parler et de te mentir, de te promettre et de ne pas tenir ma promesse alors que tu es un compagnon du Prophète (salla allah alayhi wa salam) et, par Allah, je n’ai pas les moyens de rembourser”.

J’ai dit : “Tu jures par Allah ?”
Il a dit : “Je jure par Allah”.
J’ai dit : “Tu jures par Allah ?”
Il a dit : “Je jure par Allah.”
J’ai dit : “Tu jures par Allah ?”
Il a dit : “Je jure par Allah”.

’Oubada Ibn Al Walid a dit : Abou Al Yasar a alors apporté sa feuille (2), il l’a effacé avec sa main et a dit : “Si tu trouves de quoi rembourser alors paye moi sinon je te pardonne”.
Il a dit : “Mes yeux ont vu” ; et il a mis les doigts sur ses yeux ; “mes oreilles ont entendu”, “mon coeur a retenu” ; et il a fait signe vers son coeur ; que le Prophète (salla allah alayhi wa salam) a dit : “Celui qui accorde un délai à une personne dans la gêne ou lui efface sa dette, Allah le couvre dans Son ombre”.

(Rapporté par Muslim dans son Sahih n°3006)

(1) C’est à dire les compagnons du Prophète (salla allah alayhi wa salam) originaires de Médine.

(2) C’est à dire la feuille sur laquelle la dette était notée.

profil de La rédaction

Auteur : La rédaction

Posté le : 7 mars 2019

Catégorie : Religion

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous