Riba Ismail Mounir répond à la polémique suscitée par ses propos 11

Suite à l’article publié par notre rédaction le dimanche 24 janvier intitulé « ‘Le riba est interdit pour l’or et l’argent, mais pas pour les billets de banque’ : les propos d’Ismail Mounir suscitent la polémique », Ismail Mounir a tenu à apporter des précisions à travers un droit de réponse dont voici la teneur : 

« 1/ La critique est nécessaire, mais elle se doit de rester objective et argumentée. Reprendre des paroles et les qualifier d’égarement en les déformant n’est pas une critique digne de ce nom.

2/ Comme je l’ai évoqué dans plusieurs de mes interventions et dans la vidéo en question, personne ne remet en cause le caractère illicite du « riba », car cela est clairement stipulé par le Coran.

3/ La question est de savoir quel est le « riba » interdit par le Coran, et d’analyser certaines de nos pratiques aujourd’hui afin de juger si elles font partie de ce que le Coran interdit.

Des savants ont fait des recherches sur la question et nous expliquent que le sujet est bien plus complexe que le commun des mortels peut se l’imaginer.

Voici quelques vidéos de grands savants contemporains sur le sujet :

 

 

4/ Un avis religieux et connu a été donné aux musulmans vivant en Europe pour acheter une maison à crédit : https://www.havredesavoir.fr/fatwa-sur-lachat-des-maisons-cefr/

5/ Les musulmans sont donc face à plusieurs possibilités. Imposer son avis n’est pas la démarche que j’ai choisie. Je présente les avis et invite mes interlocuteurs à se renseigner, puis faire leurs choix en leurs âmes et consciences.

6/ Inviter les gens à écouter leurs cœurs est en accord avec la voie du Prophète – prière et paix sur lui. 

Dans un hadith authentique, Le Messager d’Allah – prière et paix sur lui – a dit : « Interroge ton cœur (littéralement demande fatwa à ton cœur), dit-il : la piété est toute chose dans laquelle l’âme et le cœur trouvent leur quiétude. Le mal est ce qui tourmente ta conscience et met ton cœur dans l’hésitation, quoique les gens te donnent un avis contraire et insistent dessus plusieurs fois. »

Ainsi, après exposition des différents avis, si une personne sent que prendre un crédit ne l’apaise pas, elle ne doit pas le faire.

7/ Il est important de préserver notre jeunesse du fanatisme et de les inviter au respect de la divergence. 

On ne peut plus aujourd’hui prêcher la pensée unique à l’ère des réseaux sociaux. Responsabiliser les musulmans et les inviter à choisir en cherchant la satisfaction d’Allah n’est pas du laxisme mais un moyen de les préserver du fanatisme. Présenter un seul avis donne aux gens l’illusion d’être les seuls à être dans la vérité et les poussent à tenir des propos injurieux, rabaissants et moqueurs, qui eux sortent du cadre du licite sans le moindre doute, vis-à-vis des gens qui exposent un avis différent de ce qu’ils connaissent sous prétexte de défendre la vérité. »

2 Commentaires

  1. Mais qu’est ce que c’est ce droit de réponse pas du tout clair???!!! Le Riba est illicite un point c’est tout! C’est dit clairement dans le coran : « Ô ! Vous qui avez cru craignez Allah et renoncez au reliquat du riba si vous êtes vraiment croyants. Si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son messager. Si vous vous repentez vous aurez vos capitaux, vous ne léserez personne, et vous ne serez pas lésés. »
    Coran sourate 2, versets 278-279

    “Le Messager d’Allah (paix et bénédiction sur lui) a maudit celui qui se nourrit d’usure, celui qui la fournit, celui qui l’écrit et ceux qui en témoignent en disant qu’ils sont tous pareils. »
    Sens d’un hadith rapporté Mouslim dans son Sahih, 1 598

    Et ce « prêcheur » sème le doute dans le coeur des musulmans pour les égarés encore plus afin de commettre un grand péché!

    Qu’Allah le guide.

  2. Le hadith que vous utilisez ne concerne que les choses douteuses, pas les choses clairement considérées comme illicites tel que riba.
    « Le licite est clair et l’illicite est clair. Entre les deux se trouvent des choses douteuses à propos de quoi la plupart des gens ne connaissent pas (la règle). Celui qui se préserve des choses douteuses recherche la préservation dans sa religion et son honneur. Et celui qui tombe dans les choses douteuses, proche est le moment où il tombera dans l’illicite… » (al-Bukhârî).
    En disant et interprétant de cette manière, vous faites une chose très dangereuse qui est de laisser penser qu’on puisse choisir ce que l’on veut suivre, sous prétexte que ça gêne notre coeur…
    Pour faire ce genre de fatwa du coeur, il faut au préalable connaître sa religion. Les fatwas sont des avis juridiques. Faire une fatwa, c’est juger le cas d’une chose qui n’a pas été explicité par le Qur’an et la Sunnah à la lumière de ceux-ci.Il faut donc connaître sa religion pour avoir un jugement correct.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici