Un footballeur du Los Angeles Galaxy viré suite aux propos racistes de sa femme

Aleksandar Katai, joueur du Los Angeles Galaxy, vient d’être licencié suite aux propos racistes tenus par sa femme sur les réseaux sociaux.

En effet, son épouse, Tea Katai, s’est exprimée sur Instagram au sujet des manifestations se déroulant actuellement aux États-Unis. C’est dans deux publications que ses propos racistes ont été découverts.

 

Dans la première publication, elle poste une photo des manifestations aux États-Unis où l’on voit une voiture de police foncer sur la foule. C’est alors que l’épouse du joueur du Los Angeles Galaxy a appelé à :

« Tuer toutes ces m**des. »

Dans une deuxième publication, on voit l’image d’un pillage d’une boutique Nike accompagnée de son commentaire : « Black Nikes Matter ». Une publication ironique tournant en dérision le mouvement anti-raciste.

Au début, l’équipe de football s’est contentée de condamner ces publications dans un communiqué. Puis, elle a finalement décidé de licencier le mari Aleksandar Katai.

Ainsi, sa carrière au sein de cette équipe aura été de courte durée puisqu’il n’avait rejoint les couleurs du Los Angeles Galaxy qu’en décembre dernier. De plus, selon les informations du Los Angeles Times, un accord financier a été trouvé afin que le club ne paie pas l’intégralité du salaire prévu par son contrat.

Pourtant, Aleksandar Katai avait présenté ses excuses sur Instagram. Ainsi, il avait expliqué :

« Ces idées ne sont pas celles que je défends et ne sont pas tolérées dans ma famille. »

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Aleksandar Katai (@aleksandarkatai) le

Malgré ces excuses publiques, des supporters du Los Angeles Galaxy et de nombreux internautes avaient largement demandé son licenciement. Ce qui est chose faite.

 

1 COMMENTAIRE

  1. C’est très bien le racisme n’a pas sa place au sein des clubs americains.
    Assez halucinant que le joueur serbe ne sache pas que sa femme poste des photos et commentaires racistes appelant aux meurtres de manifestants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici