Zahra Lari devient la première patineuse artistique à porter le voile en compétition

Née et élevée à Abu Dhabi, Zahra Lari est entrée dans l’histoire en 2017 en tant que première patineuse artistique à porter un hijab lors de compétitions au niveau international. Bien que cela soit en soi un exploit remarquable, atteindre un tel niveau n’a pas été sans difficultés et obstacles. Les normes et traditions familiales ainsi que culturelles ont encore tendance à jouer contre les athlètes féminines de la région qui aspirent à concourir à un niveau élite, comme le rapporte le MEMO.

En 2012, lors de sa première grande compétition – la Coupe d’Europe à Canazei, en Italie – le foulard était un problème. Les juges ont amarré quelques points de son score pour une violation de tenue. «Je n’étais ni bouleversée ni fâchée», m’a-t-elle dit. « Je savais juste que je devais faire quelque chose pour que cela ne m’arrive plus jamais ni à personne d’autre qui veut rester couvert. Pour ce faire, nous avons dû rencontrer des officiels qui voulaient me voir patiner avec mon hijab pour assurez-vous que ce ne serait pas un danger. « 

Cela a attiré l’attention de Nike alors que la société cherchait un athlète à apparaître dans une campagne pour son hijab de sport qui brise les barrières. Nike a donc été le premier grand fabricant de vêtements de sport à proposer un foulard islamique traditionnel conçu spécifiquement pour la compétition.

Cela correspond bien à l’objectif plus large de Zahra Lari de faire tomber les barrières pour les femmes qui portent le hijab pour participer à toutes sortes d’activités sportives. Elle peut déjà voir l’impact en étant nommée cette année sur la liste des «30 moins de 30 ans» du magazine Forbes, qui récompense quelque 600 personnes de moins de 30 ans qui sont des innovateurs et des chefs de file dans divers domaines.

«Sans mon hijab, je ne serai pas Zahra Lari», m’a-t-elle dit. « Mon hijab fait partie de moi. La première fois que j’ai concouru avec un hijab, je n’y ai pas beaucoup réfléchi; cela m’a rendu différent. J’étais jeune et concentré sur la compétition. » Ce n’est qu’une fois que ce fut fini qu’elle réalisa qu’elle avait fait l’histoire. « C’était un sentiment accablant et très difficile à expliquer parce que je savais qu’à ce moment-là, les choses ne reviendront jamais comme avant. Cela m’a également excité et je voulais montrer au monde que les femmes émiraties sont puissantes et imparables. « 

Bien que de nombreux athlètes musulmans passent par leurs associations nationales, certains sports ne répondent toujours pas aux besoins spécifiques des femmes musulmanes et à leur code vestimentaire. C’est une barrière institutionnelle. L’instance dirigeante du basket-ball, la FIBA, par exemple, interdit aux joueurs de porter le hijab pour des raisons de santé et de sécurité.

L’instance dirigeante du football mondial, la FIFA, a, quant à elle, interdit le port du foulard en 2007 après avoir craint qu’il ne provoque des accidents sur le terrain. Lorsque l’équipe féminine iranienne de football a refusé de disputer son match de qualification pour les Jeux Olympiques de Londres si elle n’était pas autorisée à porter le hijab, l’équipe a été disqualifiée. L’Iran a protesté et a soulevé la question aux Nations Unies. C’est en 2014, après de nombreuses discussions, tests et clarifications, que la FIFA a cédé et annulé l’interdiction après avoir effectué des «tests de sécurité». Il a célébré la décision comme une avancée multiculturelle et dans le meilleur intérêt du sport.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici