Koweït harcelée par un prétendant, Farah se fait kidnapper et poignarder devant ses enfants - VIDEO

Farah Hamza Akbar a déposé deux plaintes à la police contre un homme qui, selon elle, l’avait harcelée et menacée pendant plus d’un an. Mais ce n’était pas suffisant pour la protéger.

Il a été détenu, selon les médias, mais libéré sous caution. Tard mardi, son corps saignant, blessé par un coup de couteau au cœur, a été retrouvé abandonné devant un hôpital au sud de Koweït.

 

L’homme, dont le nom n’a pas encore été révélé, est de nouveau en détention. Les autorités disent qu’il a avoué avoir poignardé Farah Akbar après avoir percuté sa voiture contre la sienne et kidnappé elle et ses deux enfants. Il a laissé son corps à l’hôpital et a fui les lieux. Les médias locaux ont rapporté que Farah Akbar et sa famille avaient refusé la demande en mariage de l’homme.

Après le meurtre, une vidéo de la sœur en colère et en deuil d’Akbar qui pleurait à l’hôpital et dénonçait les autorités a commencé à circuler en ligne, provoquant l’indignation face au meurtre commis dans le pays.

«C’est ce que nous avons, exactement ce que nous avons dit, qu’il allait la tuer, et il a tué ma sœur», dit la sœur dans la vidéo. «Où est le gouvernement? Nous l’avons dit au juge. Je vous ai dit à plusieurs reprises qu’il la tuerait, et maintenant elle est morte. « 

Les autorités n’ont pas précisé si les enfants avaient été blessés.

Dans une vidéo partagée par la suite par les médias koweïtiens et sur les réseaux sociaux, la sœur et avocate de Farah, Dana Akbar, a décrit en détail ses efforts répétés pour avertir la police et intenter des poursuites judiciaires contre l’homme.

 

Bien qu’il ait déclaré qu’il menaçait sa vie et celle de sa sœur, elle a déclaré que les autorités ne la prenaient pas au sérieux. Au lieu de cela, a-t-elle dit, ils ont détenu deux fois puis relâché l’homme.

Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs ont partagé leur indignation face à l’horreur de la mort de Farah Akbar et ont accusé le Koweït d’ignorer les femmes quand elles s’expriment. De nombreuses femmes au Koweït ne se sentent pas à l’aise de signaler des cas de harcèlement à la police. Dans la situation d’Akbar, elle avait même un avocat, sa sœur, qui la défendait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici