Amazone, Lacoste, Zara - une ONG révèle la nouvelle liste des marques qui exploitent les Ouïghoours

La Chine a transféré des dizaines de milliers de membres de la minorité musulmane ouïghoure, détenus dans des camps d’internement, vers des usines fournissant au moins 80 des plus grandes marques mondiales, affirme un centre de réflexion australien dans un rapport détaillé.

Entre 2017 et 2019, plus de 80.000 Ouïghours ainsi emprisonnés dans la région du Xinjiang (nord-ouest) ont été transférés ailleurs en Chine dans des usines « appartenant aux chaînes d’approvisionnement de 83 marques connues mondialement dans la technologie, le textile et l’automobile », affirme l’Institut australien de stratégie politique (ASPI).

« Des usines recourent au travail forcé des Ouïghours dans le cadre d’un mécanisme de transfert encadré par l’Etat (chinois) », explique-t-il dans un volumineux rapport.

Parmi les marques épinglées se trouvent de grands noms de l’électronique (Apple, Sony, Samsung, Microsoft, Nokia, etc.), du textile (Adidas, Lacoste, Gap, Nike, Puma, Uniqlo, H&M, etc.) et de l’automobile (BMW, Volkswagen, Mercedes-Benz, Land Rover, Jaguar, etc.). Le groupe français Alstom est aussi cité…

Volkswagen et Daimler font valoir que les entreprises mises en cause ne font pas partie de leurs fournisseurs directs.

BMW, qui « ne peux pas commenter le contenu » du rapport, indique que des « questions de droits humains » font partie des critères de sélection des partenaires et assure que ses sous-traitants directs doivent « appliquer la même politique avec leurs propres fournisseurs ».

Apple renvoie à un engagement qu’il a pris par le passé à « ce que tous dans les chaînes de production soient traités avec la dignité et le respect qu’ils méritent », disant « travailler étroitement » avec ses fournisseurs pour que « les normes les plus élevées soient appliquées ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici