Ibrahim Noonan, l’histoire d’un catholique orthodoxe devenu un des plus grands imams d’Irlande

Ibrahim Noonan, est né Michael Noonan dans une «forte famille républicaine catholique orthodoxe».

L’idée que Michael deviendrait le tout premier homme catholique irlandais à se convertir à l’islam, étant né dans «une famille catholique très orthodoxe», ne faisait pas partie de ce que sa famille lui prédestinait.

Aujourd’hui, il est l’imam national de la communauté musulmane à la fois en République d’Irlande et en Irlande du Nord. Il est également l’imam de la mosquée de Galway.

C’est un homme dont la famille était si dévotement catholique qu’il n’avait même pas «le droit de regarder à l’intérieur de la porte d’une église protestante». Et Ibrahim était pieux aussi, mais non par la force, mais par la foi.

«J’ai vraiment ressenti quelque chose de spirituel dans l’église, j’ai ressenti un amour pour Dieu, un amour pour Jésus, j’avais une grande affection pour la bienheureuse vierge Marie», se souvient l’Imam.

Son amour était si fort qu‘il envisageait de devenir prêtre, mais il découvrit que l’idée du célibat n’était pas quelque chose en quoi il croyait.

«J’étais très attaché à l’ordre des dominicains. Le père Fitzgerald a eu une énorme influence sur moi en tant que jeune catholique. Il m’a dit: « Je sens que Dieu vous appelle, vous devriez considérer le sacerdoce ». Et j’ai fait. Je suis allé à des retraites et tout.

«Mais un jour, nous nous préparions pour le char de parade de la St Patrick. Il y avait toutes ces filles à côté de moi – des pom-pom girls », a déclaré Ibrahim. «Et le prêtre qui m’accompagnait les regardait. J’ai dit: « Qu’est-ce que tu fais? » Et il a dit: « Michael, je suis un être humain ». Puis j’ai réalisé par la suite que je ne croyais pas au célibat. »

C’était un prêtre pieux au service de la communauté et il avait aussi des émotions. J’avais 15 ou 16 ans à l’époque et je ne me voyais pas sans relation. Cette prise de conscience a frappé pour lui le sacerdoce catholique, mais pas la religion.

Il a ensuite étudié la théologie à l’Université du Pays de Galles, et c’est là qu’il a découvert l’islam.

Il a déménagé à Londres en 1986, qu’il décrit comme «pas du tout comme l’Irlande» et où il «a rencontré de vrais musulmans». Il a ensuite fait une maîtrise en philosophie, puis a pris une pause dans les études religieuses.

«Je vivais avec une belle Irlandaise, mais j’ai eu des problèmes avec mon style de vie – mes grands-parents ne l’auraient pas approuvé.J’étais heureux mais j’étais malheureux de vivre avec une fille et de ne pas être marié. Je la poussais en disant: «Nous devrions envisager le mariage».

«Nous avions 23 ans et elle ne faisait que me regarder. J’ai dit: «Je sais, je sais. Je sais ce que je vous demande ». J’ai été troublé par cela, les gens doivent comprendre que je viens d’une famille très pieuse.

«Je faisais tout ce que je devais faire, aller à la messe, mais les choses ont décliné», dit Ibrahim.

Puis la relation a pris fin et il a rencontré une autre fille irlandaise, cette fois une amie, mariée à un musulman.

«Elle l’a félicité en tant que mari, et il était un bon exemple de mari. Je l’ai rencontré et j’ai été inspiré par lui. Hyde Park a un coin des conférenciers et il m’a amené là-bas pour que je puisse voir et écouter des discussions sur tout, de la laïcité à l’athéisme », dit l’Imam.

C’est ici qu’il a entendu une conversation entre un musulman et un chrétien qui l’a vraiment impressionné. Il a donc décidé qu’il «enquêterait vraiment sur l’islam».

Son voyage l’a conduit dans les mosquées de Londres puis en Tunisie, en Afrique du Nord, en Libye et au Maroc.

Il n’y a pas de compromis dans leur foi, ils croyaient en un dieu, ils pratiquaient leur religion, ils priaient cinq fois par jour, j’ai vraiment senti que c’était ainsi qu’une foi devrait être et j’ai été prise.

«J’ai commencé à chercher comment je pouvais faire cela. J’ai vu la discipline et j’ai pu voir le radicalisme dans certaines mosquées, mais cela ne m’a pas éloigné de la foi, il s’agissait de trouver la bonne communauté », dit Ibrahim.

C’est à ce moment qu’il a découvert la communauté musulmane Ahmadiyya, qui compte 200 millions de membres dans le monde. Il avait 24 ans.

Il y avait juste un problême. Comment dites-vous à votre pieuse famille catholique que vous vous convertissez à l’islam?

«Je veux dire, je pratiquais littéralement tout le chemin du retour de Londres à l’Irlande ce que j’allais dire», dit l’imam. Mais la joie de sa famille de le voir a dépassé sa capacité à leur annoncer sa grande nouvelle.

Au lieu de cela, il a commencé à laisser des indices dans la maison, notamment en refusant un petit-déjeuner irlandais complet.

«Chaque jour, mon père me faisait des œufs et des tranches de viande et je les refusais. J’ai dit: «Donnez-moi simplement des œufs. Personne n’a refusé un irlandais complet à l’époque. Un matin, mon père m’a dit: « J’ai fait ton boudin noir préféré », ce que j’ai refusé.

«Il s’est mis en colère contre moi et a dit:« Vous agissez de façon très étrange, votre mère finit par vous faire des exercices étranges dans la pièce, qui étaient des prières islamiques, êtes-vous devenu musulman? »

Et oh mon Dieu, il y a eu une grosse explosion, j’entendais ma mère en haut dire le chapelet », se souvient Ibrahim.

Son intervention familiale impliquait d’amener des prêtres dans la maison et de se faire verser de l’eau bénite sur lui. Ses amis sont même venus le «convaincre». Ces amis ne lui ont pas parlé depuis 30 ans.

Quand Ibrahim a réalisé qu’il devait quitter l’Irlande pour suivre sa nouvelle foi, sa mère est littéralement tombée à genoux alors qu’il quittait la maison familiale.

Ma mère était littéralement accrochée à mes genoux, elle était à genoux, elles étaient griffées, elle me suppliait de ne pas y aller.

Il est retourné à Londres et est allé à l’université islamique et est devenu un imam et a servi partout dans le monde avant de revenir ici en 2003.

La famille d’Ibrahim s’est rendu compte qu’il ne «passait pas par une phase» à ce stade et leur relation a été rétablie.

«Ma mère m’a donné beaucoup d’amour et d’affection, et mon père a toujours été gentil et gentil avec moi. Je pense qu’il souhaite que je sois resté dans la foi catholique. Il m’aime et il me le dit clairement.

«L’un des plus grands moments de ma vie a été de rendre visite à mes parents alors que ma mère était mourante. Mon père m’a attrapé, m’a serré dans ses bras et m’a dit qu’il m’aimait », a déclaré Ibrahim.

Il a ensuite épousé une femme musulmane; le couple a maintenant une famille et il dirige la mosquée de Galway.

«Je suis très heureux spirituellement, le seul mot que je puisse utiliser est de dire que j’ai trouvé ma vocation, ma vocation. Ma famille m’aime tous, j’ai tellement de chance.

«Mon père a dit: » Je vous ai observé vous et votre famille offrir vos prières et je dois dire que votre vie semble significative « . Cela a été profond pour moi », dit Ibrahim.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici