Chartres - Une patiente atteinte du Covid-19 crache au visage d’une infirmière et d’une aide-soignante

Hospitalisée à Chartres (Eure-et-Loir), une patiente atteinte du Covid-19 a insulté une infirmière et une aide-soignante et leur a craché au visage, parce que ces dernières ont tardé à venir.

Une jeune femme âgée de 19 ans était hospitalisée depuis le milieu de la semaine car atteinte du coronavirus Covid-19, à l’hôpital Pasteur, situé au Coudray, en périphérie de Chartres. 

« Elle ne faisait pas partie des cas les plus graves, elle n’était pas en réanimation ni sous perfusion, mais elle toussait beaucoup », souligne le procureur. Le dimanche 5 avril au soir, elle aurait chuté dans la salle de bains et aurait appuyé, à ce moment-là, sur la sonnette pour que le personnel soignant lui vienne aide. « Elle a estimé qu’il ne venait pas assez vite« .

« Les infirmiers n’ont pas pu venir dans l’immédiat car on imagine bien les conditions dans lesquelles ils travaillent actuellement« , rapporte Rémi Coutin. Quand enfin une infirmière et une aide-soignante sont arrivées pour s’occuper de la patiente, cette dernière est alors sortie de ses gonds.

« Elle leur a sauté dessus »

« L’aide-soignante n’a pas eu le temps de mettre son masque, la patiente leur a sauté dessus et leur a craché au visage« , raconte le procureur de la République.

Elle a insulté les deux personnels soignants avant de foncer vers la porte et de partir. Elle a quitté l’hôpital de force, sans autorisation, rapporte France3 régions.

Interpellation et garde à vue

La jeune femme a été interpellée lundi, en fin d’après-midi, au domicile de sa grand-mère, chez qui elle avait trouvé refuge. Elle a été placée en garde à vue. Présentée, hier soir, au procureur, elle a été placée sous contrôle judiciaire pour outrages et violences sur personnes chargées de mission de service public, avec l’obligation de rester à son domicile et de n’entrer en contact avec personne d’autre que les membres de sa famille avec lesquels elle vit.

« Elle sera jugée le 26 août », précise Rémi Coutin. « Les faits sont graves. Si elle n’avait pas été atteinte par le Covid-19, elle aurait été jugée en comparution immédiate. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici