Israël nomme sa première policière palestinienne portant le hijab

Israël a nommé sa première policière portant le hijab dans ce qui est considéré comme une trahison dans la communauté marginalisée. Sabreen Saadi, une citoyenne palestinienne d’Israël, est devenue virale après qu’une photo d’elle en uniforme de police israélienne a été publiée.

« La police est un bon endroit pour assurer le progrès, l’épanouissement personnel et un sentiment d’égalité », a-t-elle déclaré dans une interview accordée au média israélien Yediot Aharanot.

Elle est fière d’être d’origine musulmane et a affirmé que la police israélienne était un endroit qui lui avait permis de « progresser dans les rangs et de réaliser des aspirations professionnelles ».

Sa décision a provoqué un contrecoup dans sa communauté, et beaucoup lui ont même envoyé des menaces. Elle dit qu’elle n’est pas déroutée par les menaces parce qu’elle ne craint que Dieu.

Ofir Gendelman, porte-parole du bureau du Premier ministre israélien, a tweeté sa photo, disant qu’il était « fier » des citoyens palestiniens d’Israël, les qualifiant d’Arabes israéliens.

Racisme systématique contre les citoyens palestiniens d’Israël

Le terme arabo-israéliens est souvent utilisé pour décrire les citoyens palestiniens d’Israël, qui avaient survécu à la Nakba – un exode massif de Palestiniens indigènes en 1948 qui a conduit à la création d’Israël.

Pour beaucoup, il est considéré comme un terme péjoratif car il efface leur identité palestinienne.

Les citoyens palestiniens d’Israël représentent 20% de la population israélienne et font face à une discrimination systématique et se plaignent d’être traités comme des citoyens de seconde zone par rapport à leurs homologues juifs.

De larges segments de la population israélienne considèrent les citoyens palestiniens comme une menace démographique pour la communauté juive d’Israël, la discrimination étant enracinée dans le logement, les services publics, l’éducation et l’emploi.

Selon 2019, une étude du Centre Adava, 49,2% des ménages palestino-israéliens vivent en dessous du seuil de pauvreté et 13,5% des ménages vivent dans une quasi-pauvreté.

En comparaison avec la population juive d’Israël, 13,2% des familles étaient dans la pauvreté et 7,2% dans une quasi-pauvreté.

Ils sont souvent la cible de campagnes politiques. Avant les élections d’avril 2019, les politiciens israéliens ont utilisé ses citoyens palestiniens comme un outil politique pour encourager les citoyens à voter pour eux afin de « combattre » les voix palestiniennes.

À l’époque, le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, a déclaré que l’incitation des partisans de droite de son parti à voter lors des élections devrait être d’empêcher les citoyens palestiniens d’Israël d’obtenir des sièges à la Knesset.

Les forces de sécurité ont également été prises en train d’installer des caméras de sécurité cachées dans les bureaux de vote palestiniens.

Les citoyens palestiniens d’Israël ont régulièrement été victimes de discrimination en Israël dans des domaines tels que le logement, les soins de santé et l’éducation. La loi israélienne de « l’État-nation » de 2019 a déclaré que seuls les citoyens juifs d’Israël ont le droit à l’autodétermination en Israël.

En plus d’adopter la loi sur l’État-nation, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a lui-même proposé un sentiment anti-arabe contre les citoyens palestiniens d’Israël.

Brutalité policière

Les citoyens palestiniens d’Israël sont souvent en désaccord avec la police israélienne – une institution qui, selon eux, joue un rôle passif pour arrêter une épidémie de violence armée au sein de leur communauté marginalisée.

La violence armée palestinienne en Israël représente plus de 60% de toutes les victimes de meurtre dans le pays. Il y a plus de 400 000 armes illégales parmi les Palestiniens en Israël, bien que la population soit plus de deux millions.

Cela signifie qu’un citoyen palestinien sur cinq d’Israël est armé et que peu de travail est fait pour arrêter l’épidémie par la police.

« Nous faisons partie de l’État d’Israël, mais l’État ne fait pas partie de nos communautés arabes », a déclaré Thabet Abu Rass, co-directeur exécutif du Fonds Abraham.

« Malheureusement, la police israélienne nous traite comme des ennemis, pas comme des citoyens juifs égaux », a-t-il ajouté.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici