Pour de nombreux franco-libanais, le Liban est l'endroit où se trouve le cœur

Enfant, j’ai été touché par ces Libanais qui ne pouvaient retenir leurs larmes en quittant leur patrie. J’ai progressivement réalisé que ce pincement au chagrin ne disparaissait pas avec l’âge, encore moins avec la distance.

«Le Liban, nous ne pouvons pas nous en débarrasser! C’est un lien charnel. Je suis à la fois libanaise et française, jour après jour », a déclaré Joumana Chahal Timery, titulaire d’un doctorat en littérature française.

Cet attachement est partagé par Lamia Safieddine, chorégraphe de renom titulaire d’un doctorat en sciences de l’éducation, qui a déclaré: «Je suis restée fascinée par le Liban, corps et âme, tout en vivant et en construisant ma vie personnelle ailleurs, qui est énormément perturbée par la situation en Liban. »

La vie de milliers de personnes franco-libanaises suit donc le rythme libanais. Pourquoi alors quitter le Liban? «Mon pays, où la vie est une terre lointaine», écrivait Nadia Tueni, poète franco-libanaise, en 1986 dans ses «Œuvres poétiques complètes».

Le choix de la France est le plus souvent régi par un attrait pour sa civilisation, sa culture, sa méritocratie et son cadre de vie sécurisé.

«Nous ne choisissons pas de quitter un pays par hasard», a déclaré Jamil Abou Assi, un consultant en gestion de l’information né au Chouf dans le sud du Mont Liban.

«La France a toujours été, depuis mon enfance, une terre d’immigration idéalisée et utopique, un rêve presque inaccessible, désiré par des lectures, principalement les œuvres de Victor Hugo et Voltaire. Ce désir de la France était aussi un désir implicite de changement de vie et une aspiration à fuir la tradition druze. »

La France est appréciée pour ses liens historiques, linguistiques et culturels avec le Liban ainsi que pour sa devise républicaine «Liberté, Égalité, Fraternité». Le Dr Georges Estephan, qui travaille actuellement à l’hôpital européen Georges-Pompidou, a déclaré avoir choisi la France parce que «ce pays respecte toutes les croyances, garantissant l’égalité devant la loi pour tous les citoyens quelle que soit leur origine ou leur religion».

Née à Tyr dans le sud du Liban, Safieddine a vécu à Beyrouth jusqu’à l’âge de 15 ans. Elle a voyagé à travers le monde avant d’arriver à Paris, vivant notamment en Côte d’Ivoire, en Belgique et au Brésil. Elle a choisi Paris car c’est «une ville culturelle très importante et surtout pas très loin du Liban. Quand je vivais à Sao Paulo, je me sentais très loin de chez moi. »

L’acquisition de la nationalité française étouffe en partie ce désir de France. Pour Timery, devenir légalement française a changé sa vie personnelle et professionnelle. Cela lui a finalement permis «de se sentir vraiment chez elle, plus en sécurité et mieux intégrée, de pouvoir passer certains examens qui étaient réservés aux ressortissants français, et à mon mari de s’inscrire à l’Ordre des médecins».

C’est aussi un changement de paradigme important. «C’est à la fois la réalisation d’un objectif et une réévaluation de toute une phase de la vie», a déclaré Abou Assi. «J’ai passé 13 ans en France avant d’obtenir la nationalité française, après une carrière marquée par la précarité de l’emploi, une thèse abandonnée et le décès de ma mère sur le sol français. »

«Pendant ces 13 années, tout ce que j’ai fait a été d’essayer de m’absoudre de mon passé libanais. L’obtention de la nationalité française a été le déclenchement d’un processus de paix pour renouer avec mes origines. »

Pour se sentir pleinement français, selon le Dr Estephan, originaire de Byblos au nord du Mont-Liban, «le plus important est de s’intégrer dans la société et de respecter les valeurs républicaines. En ce sens, travailler permet une meilleure intégration. »

De nombreux Franco-Libanais tiennent à maintenir un lien avec le Liban, même si certains voulaient dans un premier temps rompre toutes les relations. «Au cours des six dernières années, j’ai pu renouer avec le Liban et en suis venu à apprécier un pays qui est devenu aussi important pour moi que cette patrie d’adoption, à savoir la France», a déclaré Abou Assi.

«La citation d’Amine Maalouf sur l’appartenance résume mon état d’esprit actuel sur mon attachement au Liban et à la France :« Je fais partie intégrante de deux univers, donc je ne peux pas en appartenir ».

L’amour inconditionnel pour le Liban a conduit Timery à convertir le sentiment professionnellement en fondant l’association culturelle «Patrimoine Tripoli Liban» à Paris, en avril 2009. Son objectif principal est de sensibiliser les Français et les Libanais aux joyaux méconnus du patrimoine et culture de Tripoli, la capitale du nord du Liban et la deuxième plus grande ville du pays.

La culture apparaît ainsi comme le facteur primordial et prépondérant du profond attachement du peuple franco-libanais à son pays d’origine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici