24 janvier 2018 | 6.75K vues | 0 commentaire

Prestations sexuelles contre les maisons de Palestiniens, l’arnaque à la mode

Image de l'article Prestations sexuelles contre les maisons de Palestiniens, l'arnaque à la (...)
ZOOM

Ils sont nombreux ceux qui oeuvrent à l’ombre du sionisme, des extrémistes dont la mission principale est de s’accaparer les dernières maisons et terrains appartenant aux Palestiniens. Ils se vantent d’être des activistes qui n’ont qu’un seul rêve, celui de judaïser le pays et en particulier Jérusalem. Ils ont déjà réussi à racheté plusieurs dizaines de terrains et de maison à leurs propriétaires Palestiniens contre des offres alléchantes ou l’obtention d’un visa pour émigrer.

Arieh King agent immobilier de la colonisation fait partie de ces acharnés qui n’ont pas peur d’afficher ouvertement leur projet :

Nous achetons aux Arabes pour installer des Juifs. Nous voulons rendre impossible une division de Jérusalem

Mais des « Arieh » il en existe à la pelle en Israël et ils n’ont pas peur d’enfreindre les règles et les lois. Le quotidien israélien Hareetz a diffusé dernièrement des enregistrements des membres d’une organisation juive d’extrême droite. Ces bandes sonores ont mis en lumière les méthodes peu orthodoxes pratiquées par ces derniers pour inciter certains propriétaires Palestiniens à céder leur bien.

Vous voulez une fille ? Une, deux, combien ? Et quel âge ?

Demande Matityahou Dan, président de l’organisation d’extrême droite Ateret Kohanim (La Couronne des grands prêtres). Ces ultra-nationalistes n’hésitent pas à proposer des prostituées au propriétaire Palestinien contre son logement. Ces enregistrements donnent une idée précise de la manière dont certaines organisations juives privées tentent par tous les moyens de mettre la main sur des immeubles Palestiniens à Jérusalem-est en particulier.

Elles vont jusqu’à offrir des prestations sexuelles tant que les filles ne sont pas juives et une fois l’accord conclu, elles menacent de rendre public la négociation, sachant pertinemment ce que cela implique pour le propriétaire Palestinien. Celui-ci angoissé à l’idée d’être démasqué ne prendra pas la peine de porter plainte lorsqu’il ne sera pas payé.
Sur l’un des enregistrements, on entend l’ancien associé de Matityahou y décrire les méthodes utilisées par les responsables d’Ateret Kohanimun pour corrompre les Palestiniens :

Que peut faire l’Arabe ? Demander à récupérer son argent ? Aller en justice ? Ils exploitent sa faiblesse. Quand je demandais à Matityahou : “Pourquoi escroques-tu ces gens ?” il me répondait : “On ne les escroque pas, on se contente de ne pas les payer.” Pour lui, il n’y a pas d’escroquerie, dès lors que personne ne peut le citer en justice

Aujourd’hui Ateret Kohanimum est à la tête de nombreux immeubles Palestiniens.

profil de La rédaction

Auteur : La rédaction

Posté le : 24 janvier 2018

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous