Les Marocains critiquent Israël et ses tentatives pour un accord avec le Maroc et les USA

La télévision israélienne affirme que le Premier Ministre israélien a proposé un arrangement qui permettrait aux États-Unis de reconnaître les revendications marocaines au Sahara occidental contesté, en échange de l’amélioration des relations de Rabat avec Jérusalem.

Israel utilise le Sahara occidental comme argument pour se rapprocher du Maroc

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait tenté de conclure un accord tripartite par lequel les États-Unis reconnaîtraient la souveraineté marocaine sur le territoire contesté du Sahara occidental, en échange du fait que le Maroc prenne des mesures pour normaliser ses relations avec Israël.

Netanyahu a fait plusieurs suppositions à Washington au cours de l’année écoulée pour promouvoir un tel accord, mais l’ancien conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, était fermement opposé, selon un reportage de Channel 13.

Après le départ de Bolton en septembre, Netanyahu aurait de nouveau soulevé la question avec le secrétaire d’État Mike Pompeo, mais la Maison Blanche n’a pas accepté le compromis.

Le Maroc reste fermé à toute normalisation

Un responsable israélien a déclaré que les Marocains étaient très mécontents de l’écart entre les promesses de Netanyahu et les résultats obtenus jusqu’à présent, ainsi que son espoir de relations clandestines avec Rabat à ses propres fins politiques.

Les responsables israéliens cités dans le rapport ont déclaré que l’accord proposé avait quelque chose pour tout le monde – le président américain Donald Trump pourrait se vanter d’avoir des relations avancées entre Israël et un État arabe, Netanyahu pourrait se rendre au Maroc et tenir une réunion de haut niveau avec le roi Mohammed VI et Rabat pourrait obtenir la reconnaissance américaine de ses revendications au Sahara occidental.

Le Maroc a occupé de vastes étendues du Sahara occidental en 1975, l’Espagne se retirant de la région et annexant plus tard les territoires, ce qui n’est pas reconnu au niveau international.

La proposition israélienne a été relayée aux États-Unis par le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat, qui, selon le reportage télévisé, a développé des liens avec un assistant du ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. Ben-Shabbat et Bourita auraient également eu des liens avec Yariv Elbaz, un homme d’affaires juif proche du conseiller principal et gendre de Trump, Jared Kushner.

Le Maroc est considéré comme un allié des États-Unis et entretient depuis longtemps des liens de renseignement informels mais étroits avec Israël.

Bien que les pays n’aient pas de relations formelles, le Maroc a accueilli des dirigeants israéliens et les Israéliens sont autorisés à s’y rendre. Quelque 3 000 Juifs vivent au Maroc, une fraction du nombre d’avant la création d’Israël en 1948, mais toujours la plus grande communauté du monde arabe.

En décembre, Channel 12 a rapporté que Netanyahu espérait rejoindre Pompeo lors d’un voyage au Maroc, mais lorsque le secrétaire d’État a proposé l’idée aux Marocains, ils ont refusé et même refusé de discuter de la question de la normalisation.

Pompeo devait également avoir une audience avec le roi marocain, mais la réunion a été abandonnée, apparemment après que le diplomate américain de haut niveau ait prolongé sa visite au Portugal pour voir Netanyahu.

Les responsables américains de l’époque ont également confirmé que les pourparlers de normalisation attendus entre Pompeo et le roi n’avaient pas eu lieu.

Le Maroc est l’un des nombreux États arabes du Moyen-Orient poussés par les États-Unis à signer des accords de non-belligérance avec Israël, dans le but de normaliser les relations avec l’État juif, a fait savoir Axios en décembre.

La semaine dernière, l’armée marocaine a pris possession de trois drones de reconnaissance fabriqués par Israël et vendus à la nation arabe via la France, selon le site français Intelligence Online.

1 COMMENTAIRE

  1. L’information sur l’acquisition par Rabat de trois drones de fabrication israélienne est une fake news, selon le site FAR-Maroc, proche des Forces armées royales, qui suppose que le royaume chérifien fait face à «une tentative de dénigrement» en raison de sa position sur le conflit israélo-palestinien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici