Les Tunisiens en colère réclament « la chute du régime »

Les manifestants tunisiens réclament à nouveau les réformes sociales et économiques qui leur ont été promises.

«Nous sommes dans la rue parce que nous voulons la justice sociale et le travail», a expliqué Chabib d’Ettadhamen, un quartier ouvrier densément peuplé à la périphérie de la capitale Tunis et l’un des épicentres des récents troubles en Tunisie.

Chabib, 34 ans, est l’une des nombreuses personnes qui ont participé à des affrontements nocturnes avec les forces de sécurité dans des quartiers défavorisés de Tunis et de 15 autres villes du pays depuis samedi dernier. Son nom a été changé pour éviter les représailles de la police.

Les troubles, généralement présentés simplement comme «du vandalisme et du pillage» par le gouvernement, ont éclaté deux jours après le 10e anniversaire du soulèvement de 2011 qui a renversé le leader de longue date Zine El Abidine Ben Ali et au milieu d’un verrouillage de quatre jours imposé par les autorités, prétendument pour freiner Les infections au COVID-19, mais qui, selon de nombreux manifestants, visaient à empêcher les manifestations.

Les affrontements nocturnes ont vu des manifestants bombarder la police de pierres et brûler des pneus pour bloquer les rues, tandis que des informations font état de dégâts matériels et de pillages, ce qui a déclenché une réaction brutale des autorités tunisiennes.

La police a tiré des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les jeunes la nuit, et la Garde nationale a été déployée dans plusieurs gouvernorats. Les organisations de la société civile affirment que les forces de sécurité ont arrêté quelque 1 000 personnes, ce qui a provoqué des manifestations pacifiques pendant la journée pour leur libération.

Face à une frustration de la population grandissante en pleine crise économique, le Premier ministre Hichem Mechichi a assuré que cette colère était « légitime ».

« La crise est réelle et la colère est légitime et les protestations aussi, mais la violence est inacceptable et nous y ferons face avec la force de la loi », a réagi le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi lors d’un discours télévisé mardi soir.

« Votre voix est entendue et le rôle du gouvernement est de transformer vos revendications en réalité », a-t-il ajouté, mais le droit de manifester « ne doit pas se transformer en droit de piller, voler ou casser ».

L’instabilité politique

Si ce genre de troubles n’est pas le premier depuis la chute de Ben Ali, ces émeutes se déroulent dans un contexte sans précédent, a déclaré Michael Ayari, analyste principal d’International Crisis Group pour la Tunisie.

«Nous assistons actuellement à une crise multiforme résultant de vulnérabilités politiques et économiques en gestation depuis plus de deux décennies», a expliqué Fawaz Gerges, professeur de relations internationales et d’études contemporaines sur le Moyen-Orient à la London School of Economics.

Si le soulèvement de 2011 n’est pas responsable de cette crise, la nouvelle classe politique n’a lamentablement pas réussi à y faire face, a-t-il ajouté, et la gravité de la crise socio-économique accable désormais la sphère politique.

Dix ans après la révolution, la Tunisie a un système politique très dysfonctionnel, une économie brisée et une «classe politique qui se chamaille, petite, myope et hautement tribalisée», a poursuivi Gerges.

En moyenne, les cabinets n’ont pas duré plus d’un an depuis 2011, et trois se sont succédé l’an dernier seulement. Pendant ce temps, l’économie a plongé.

Les politiciens sont tellement occupés à se battre pour leur part du gâteau, a fait valoir Gerges, qu’ils ne semblent pas comprendre la gravité de la crise socio-économique qui frappe le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici