Paris une sénatrice prise en flagrant délit de déjeuner clandestin - VIDEO

La sénatrice LR Joëlle Garriaud-Maylam a partagé mercredi un « déjeuner de travail » à l’hôtel Meurice, a-t-elle confirmé vendredi à l’AFP, plaidant de son bon droit, après avoir été épinglée par Mediapart dans la continuité de la polémique sur les « dîners clandestins »

 

Détournements de fond publics

Joëlle Garriaud-Maylam est désormais dans le viseur d’Anticor. L’association a déposé plainte contre elle en 2020 pour détournements de fonds publics, relaye Marianne.

Selon l’avocate d’Anticor, Carole Biot-Stuart, « les documents font apparaître de nombreuses dépenses qui posent question et révèlent une utilisation régulière du compte Avance de frais de mandat (AFM) pour régler des dépenses privées ». L’AFM a remplacé l’IRFM, qui permet aux députés et sénateurs de toucher des indemnités pour couvrir leurs frais de représentation.

Anticor accuse la sénatrice de « dépenses courantes avec cette carte y compris des dépenses liées à sa résidence secondaire (essence, électricité)“. «Elle n’hésite pas non plus à régler des frais de massage et d’esthétique sans oublier le règlement de médecins ou des frais de pharmacie », précise l’avocate.

Par ailleurs, Joëlle Garriaud-Maylam a fait l’objet récemment d’un avis du comité de déontologie du Sénat relatif à un signalement de suspicion de harcèlement dénoncée par un collaborateur. Réuni le 25 mars, le Bureau du Sénat a considéré que « si les faits n’étaient pas constitutifs de harcèlement (…), ils révélaient la nécessité que la sénatrice, pour se conformer à ses obligations d’employeur, s’engage pour une durée minimale d’un an dans une démarche d’accompagnement individualisé en matière de management », indique Europe 1.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici