Une étudiante palestinienne libérée après 15 mois de prison décrit les tortures infligées par les soldats israéliens (1)

Mays Abu Ghosh, une étudiante en journalisme, dit qu’elle a subi des tortures psychologiques et physiques lors d’un interrogatoire par les forces israéliennes.

Mays Abu Ghosh, une étudiante palestinienne de 22 ans, a été libérée par les forces israéliennes lundi, 15 mois après son arrestation.

Abu Ghosh, étudiant en journalisme à l’Université de Birzeit, a été arrêté en août 2019 et accusé d’être membre du Pôle étudiant démocrate progressiste, un bloc étudiant interdit par les ordres militaires israéliens, et d’avoir participé à des activités étudiantes contre l’occupation israélienne.

Plusieurs groupes de défense des droits humains ont déclaré qu’Abu Ghosh leur avait parlé de la torture physique et psychologique qu’elle avait subie pendant plus d’un mois au célèbre centre d’interrogatoire de Maskobiyeh à Jérusalem.

Les groupes ont ajouté qu’elle avait été forcée à occuper plusieurs positions de stress pendant de longues heures et qu’elle avait été menacée de rentrer chez elle paralysée ou mentalement brisée. Elle a également été forcée d’écouter les cris d’autres prisonniers en cours d’interrogatoire, et elle a fait face à des gifles répétées au visage alors que des soldats israéliens lui criaient des obscénités.

«Je veux dire à tout le monde ce qui s’est passé avec moi pendant la période d’interrogatoire et de torture», a déclaré Abu Ghosh à Al Jazeera un jour après sa libération. « Pas comme quelque chose qui m’est arrivé, mais pour que tout Palestinien sache à quoi s’attendre quand Israël les arrête. »

Les tribunaux militaires israéliens, qui sont jugés par les Palestiniens des territoires occupés, ont un taux de condamnation de 99,74%.

«Le parquet militaire a inculpé Abu Ghosh d’actes liés à ses activités syndicales étudiantes à l’université en plus de son action médiatique», a déclaré Addameer, un groupe de défense des droits des prisonniers. «Une telle pratique démontre la criminalisation par les autorités d’occupation des droits fondamentaux de l’homme par des ordres militaires.»

Abu Ghosh a ajouté que le message qu’elle portait des autres prisonnières est celui d ‘«unité nationale».

«Ils ont également des exigences concernant les conditions de vie, en particulier pour ceux qui purgent de longues peines», a-t-elle déclaré. «Les caméras dans la cour de la prison sont allumées en permanence et violent leur vie privée.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici