Le Maroc prend part au plus grand accord de libre-échange au monde

Le 1er janvier a marqué le lancement officiel de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), un bloc commercial ayant le potentiel de rivaliser avec n’importe quel autre dans le monde.

Le nouvel accord de libre-échange du Maroc réunit 54 nations africaines, ce qui en fait le plus grand accord de libre-échange jamais réalisé en termes de nombre d’États membres. Semblable à l’idée qui sous-tend l’UE, le pacte vise à supprimer les barrières commerciales entre les nations africaines et à créer un nouveau partenariat économique dans l’une des régions les plus riches en ressources du monde, rapporte Morocco World News.

Le nouvel accord commercial «changera fondamentalement la fortune économique de notre continent», a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa dans son discours de nouvel an. «C’est le début d’une nouvelle ère de commerce entre les pays africains», a-t-il déclaré avec confiance, ajoutant que l’Afrique «réalisera désormais son grand potentiel de ses abondantes ressources naturelles et humaines».

Promesses

L’accord commercial a le potentiel de rivaliser avec de grands blocs commerciaux comme l’UE et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN.) La ZLECAf réunira 1,2 milliard de personnes et un PIB de 3 billions de dollars, créant un bloc qui pourrait détenir le pouvoir économique des principaux des nations comme l’Inde et la Chine.

L’adhésion du Maroc à cet accord de libre-échange continental vise à stimuler le commerce entre les nations africaines qui a toujours été remarquablement bas. Les pays africains exportent souvent davantage vers les anciennes puissances coloniales en Europe et les grandes puissances industrielles en Asie.

Au milieu d’une crise économique et sanitaire historique et entrelacée causée par la pandémie COVID-19, le Maroc et l’Afrique dans son ensemble ont un potentiel de changement de jeu dans ce nouvel accord de libre-échange. Peu d’endroits sur terre possèdent autant de richesses naturelles et de ressources humaines disponibles. La population africaine est jeune, ambitieuse et de plus en plus instruite.

L’Internet a réduit les obstacles à la jeunesse africaine et a permis à beaucoup d’entre eux de faire partie de la communauté mondiale, malgré les barrières physiques qu’ils rencontrent aux frontières de l’Occident. L’avenir des jeunes Africains ne réside pas dans les opportunités à l’étranger, mais plutôt dans la création de nouvelles opportunités durables chez eux.

Obstacles

Le lancement de l’accord de libre-échange ZLECAf est à bien des égards encore symbolique pour le Maroc et ses partenaires africains. Même si l’ONU considère que le bloc a le potentiel d’augmenter le commerce intra-africain de plus de 50%, la réalité pratique est toujours en cours de développement.

De nombreux pays africains, dont le Maroc, n’ont pas encore ratifié l’accord de libre-échange. Sur un total de 54 membres, vingt n’ont pas encore officialisé l’accord. Alors que les accords commerciaux avec les anciennes puissances coloniales et les géants économiques comme les États-Unis et la Chine font la une des journaux, le nouvel accord de libre-échange africain a souvent été négligé par les gouvernements africains et par la presse.

Pour les concurrents potentiels du bloc, cette négligence sert de moyen d’entraver et d’obscurcir les progrès. Plus tôt tous les États membres, y compris le Maroc, ratifieront l’accord de libre-échange, plus tôt ses promesses économiques pourront se concrétiser.

Avec une ZLECAf à part entière et fonctionnelle, l’Afrique est véritablement à l’avant-garde de l’histoire. Pourtant, la méfiance et les désaccords diplomatiques pourraient retarder d’importants progrès précoces susceptibles de créer un élan précieux. De véritables efforts mutuels pour la réalisation de la ZLECAf pourraient faire de 2021 non pas l’année des campagnes de vaccination ou du Brexit, mais l’année de l’union économique de la région la plus riche du monde.

Chemin vers la prospérité

La ZLECAf était censée commencer le 1er juillet 2020. Au milieu d’une pandémie mondiale, le moment historique a été reporté. Maintenant que le monde fait face aux retombées économiques de la pandémie et que les cas continuent d’augmenter, la ZLECAf devrait devenir une priorité en tant que voie potentielle de reprise.

Officiellement, 90% de tous les produits africains sont désormais libres de droits lorsqu’ils sont échangés entre partenaires africains. Ce statut n’est cependant apprécié que par les pays qui ont ratifié l’accord au niveau national. Le Maroc et les autres pays qui n’ont pas encore ratifié l’accord de libre-échange devraient considérer cet accord comme une priorité absolue en cette période d’instabilité économique.

La ratification de l’accord de libre-échange signifie que le Maroc peut utiliser ses riches réserves de phosphate pour aider à réduire considérablement l’insécurité alimentaire dans un continent menacé par le changement climatique. L’accord signifie que le Maroc peut bénéficier des exportations agricoles locales au lieu d’importer du blé d’Europe de l’Est.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici