Royaume-Uni - Les Musulmans sont confrontés à « des problèmes d’angoisse et de dépression »

Pour les Musulmans du Royaume-Uni, surmonter les défis culturels et les préjugés cliniques peuvent aggraver les problèmes de santé mentale rapporte Al-Jazeera dans une enquête menée auprès des Musulmans britanniques.

« Je pensais que je faisais une crise cardiaque. Je ne savais pas ce qui n’allait pas avec moi. » Jamilla Hekmoun, une Libyenne britannique de 26 ans, se trouvait dans la capitale jordanienne, Amman, lorsqu’elle a subi sa pire crise de panique.

«Je me souviens du moment où je suis allée à l’hôpital et mon cœur battait la chamade.» Étudiante de deuxième année à l’université, à des milliers de kilomètres de ses amis et de sa famille, elle dit qu’elle se sentait «anxieuse et seule».

C’était en 2013. Elle a finalement été diagnostiquée d’anxiété et de dépression environ deux ans plus tard. Elle est maintenant la fondatrice de Mental Health for Muslims, un espace en ligne dédié à la promotion du bien-être mental des musulmans britanniques et l’auteur principal d’un récent rapport qui a révélé que plus de la moitié des jeunes musulmans britanniques souffraient d’une mauvaise santé mentale, et environ un tiers ont eu des pensées suicidaires.

Le rapport était basé sur une enquête menée par l’association caritative britannique Muslim Youth Helpline. Il a révélé que 32% des jeunes musulmans britanniques ont souffert de pensées suicidaires à un moment donné; 52% pour cent ont souffert de dépression; et 63% pour cent ont souffert d’anxiété. En revanche, seulement 16% des personnes dans l’ensemble du pays déclarent souffrir d’un «trouble mental commun» tel que la dépression ou l’anxiété au cours d’une semaine donnée.

Il existe des preuves que les taux de dépression sont plus élevés dans la communauté musulmane britannique que dans la population générale et que les musulmans sont moins susceptibles de demander un traitement, mais les statistiques définitives sont difficiles à obtenir car les données du National Health Service (NHS) ne comprennent pas d’informations sur groupes religieux.

Plus de 1 000 musulmans britanniques, âgés de 16 à 30 ans, ont répondu à l’enquête. La majorité a déclaré avoir eu une expérience négative avec les fournisseurs de soins de santé.

«Vous ne pouvez pas être Musulman et déprimé»

Hekmoun souffrait d’anxiété depuis qu’elle était enfant mais avait du mal à reconnaître que ses symptômes étaient un signe de mauvaise santé. En vieillissant, elle a commencé à s’inquiéter que ses symptômes soient un signe que sa foi n’était pas assez forte.

Quand un médecin du NHS lui a conseillé de prendre des antidépresseurs, elle s’est sentie mal à l’aise; inquiète que cela puisse affecter sa foi. Le lendemain, elle a rendu visite à son imam local et lui a dit: « J’ai lu que vous ne pouvez pas être musulman et déprimé. »

Hekmoun dit qu’il a répondu: « Vous ne viendriez pas me dire si vous vous cassiez la jambe. Mais vous dites cela à propos d’un problème de santé mentale; faites ce dont vous avez besoin pour vous améliorer. »

Sahar Beg est un conseiller et un psychothérapeute qui dit que chercher de l’aide pour des problèmes de santé mentale peut être une tâche intimidante pour n’importe qui mais peut être particulièrement vrai pour les Musulmans.

«Au sein de la communauté musulmane elle-même, ils peuvent faire face à de nombreux défis qui rendent plus difficile [la recherche d’aide], y compris un mot que je n’aime pas utiliser -« stigmatisation ». Ils s’inquiètent également de [ce que] penseront leurs familles et la communauté dans son ensemble. »

Hekmoun se sentait soutenue par la réponse de son imam, mais de nombreux Musulmans déclarent se sentir différemment.

Insensibilité culturelle et thérapeutes «dédaigneux»

Pour Haq, chercher de l’aide par le biais des services de santé traditionnels était tout aussi intimidant que de chercher de l’aide auprès de personnalités religieuses.

«Beaucoup des préoccupations culturelles que j’ai, ils [les thérapeutes] ne les comprennent pas. Les problèmes que nous avons, comme le mariage, la foi ou le jeûne, sont difficiles à expliquer à quelqu’un qui n’est pas musulman ou asiatique.

«Une de mes thérapeutes était assez dédaigneuse à propos de la pression du mariage, elle a juste dit de ne pas se marier. Donc, toute la session, vous finissez par leur expliquer les choses [de votre point de vue culturel] ».

Il peut également être difficile de trouver des gens dans la communauté qui comprennent.

«Il y a trois ans, [quand je n’étais pas bien] mes parents cherchaient une [proposition] et voulaient que je me marie», explique Haq.

« Mais cela a été difficile parce que les conjoints potentiels peuvent soudainement devenir bizarres lorsqu’ils savent que vous avez un problème de santé mentale comme la dépression. »

Haq a trouvé plus tard un thérapeute catholique qui a aidé. Bien qu’elle vienne d’un milieu différent, elle affirme que cette thérapeute a compris l’importance de la foi, du mariage et de la culture.

Une nouvelle thérapie pour les patients Musulmans

Le manque de thérapie culturellement sensible disponible était l’une des principales motivations derrière la création d’un programme de thérapie qui embrasse la religion pour les patients musulmans connu sous le nom d’activation comportementale adaptée.

La nouvelle méthode de thérapie met en évidence des passages religieux qui traitent du bien-être mental et illustre que même ceux qui ont une «foi forte» peuvent être déprimés.

Il a été lancé par le Dr Ghazala Mir à l’Institut des sciences de la santé de l’Université de Leeds. Le NHS a fourni le service à plusieurs équipes de thérapeutes dans le nord de l’Angleterre et il est prévu de le lancer dans des pays à forte population musulmane.

«Les patients musulmans ont des besoins non satisfaits dans le [système de santé mentale] actuel – ils sont sous-référés aux services de thérapie. Quand ils sont dans des services de thérapie, ils n’obtiennent pas les mêmes résultats, ils obtiennent de moins bons résultats», explique Mir.

« Ils sont confrontés à toutes sortes de déterminants [qui pourraient conduire à une mauvaise] santé mentale … [y compris] des niveaux élevés de racisme envers la communauté musulmane au Royaume-Uni. »

L’année dernière, près de la moitié des crimes de haine religieuse enregistrés par la police en Angleterre et au Pays de Galles visaient des Musulmans. Et il existe des preuves que le racisme, y compris l’islamophobie, peut avoir un impact sur la santé mentale globale d’un individu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici