En direct, Elisabeth Lévy défend des pédophiles présumés - VIDEO

Sur le plateau de CNEWS, la chroniqueuse Elisabeth Lévy s’est scandalisée de l’acharnement médiatique des affaires de pédophilies et d’inceste qui secouent la France.

 

Un débat houleux

« Je vois la différence de traitement qu’il y a entre un journaliste de gauche, Olivier Duhamel – visiblement il n’y a pas un déferlement – et un écrivain de droite, Gabriel Matzneff, qui était accusé de fait moins grave », s’offusque Elisabeth Lévy.

« Ce qui me frappe, c’est qu’on en parle comme si c’était avéré ! Un livre n’est pas une preuve ! Je n’ai pas de raison de mettre en doute la parole de Camille Kouchner, mais je n’ai pas de raison non plus de la prendre pour argent comptant » poursuit la chroniqueuse.

« Même si on a la certitude qu’un homme ait fauté, ce qui est possible. Ca ne fait pas de lui un monstre et quelqu’un qui doit être retranché de l’humanité ».

Laurent Jacobelli, porte-parole du Rassemblement National, intervient « Excusez-moi, je ne vais pas mettre les pieds dans le plat, mais on a un homme qui fait de la politique – chroniqueur sur d’autres chaînes – qui a écrit qu’il était « excité quand des petites filles s’approchait de sa braguette » ! Et qui continue d’être invité sur les plateaux. »

Elisabeth Levy prend la défense de Daniel Cohn-Bendit : « On ne peut pas comparer ! »

Scandale Olivier Duhamel

Dans un livre publié jeudi et dont des extraits ont été révélés lundi par Le Monde et  L’Obs, la juriste Camille Kouchner accuse son beau-père d’avoir abusé de son frère jumeau quand ils étaient adolescents.

La fille de Bernard Kouchner, y accuse très explicitement celui qui fut son beau-père, Olivier Duhamel, d’avoir abusé sexuellement son frère jumeau, lorsque celui-ci et elle-même étaient adolescents. Le très influent universitaire, homme de gauche, professeur, politologue, conseiller politique et chroniqueur média s’est enfermé dans le silence. Après avoir mis un terme à toutes ses fonctions professionnelles, il a eu ces quelques mots auprès de la rédaction de L’Obs : « Je n’ai rien à dire sur ce qui, de toute façon, sera, je ne sais pas, n’importe quoi, déformé ou quoi ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici