Australie - l’homme qui a agressé une femme musulmane enceinte condamné à la prison ferme - VIDEO

Un Australien qui a frappé et piétiné une femme enceinte dans le cadre d’une attaque islamophobe présumée est emprisonné depuis trois ans. Stipe Lozina, 44 ans, a attaqué Rana Elasmar, 32 ans, à Sydney en novembre dernier.

Mme Elasmar, alors enceinte de 38 semaines, était avec des amis dans un café lorsque Lozina est entrée et s’est approchée de leur table, demandant de l’argent.

Lorsqu’elle a refusé, il s’est lancé dans une agression «vicieuse» alimentée par des préjugés religieux, a entendu un procès.

 

Les procureurs ont déclaré qu’il avait crié « vous, les musulmans, vous avez détruit ma mère » avant de se pencher et de frapper Mme Elasmar au sol.

Il l’a frappée au moins 14 fois et lui a frappé l’arrière de la tête avant que d’autres clients ne réussissent à l’éloigner.

La vidéo de sécurité de l’attaque a scandalisé les gens à travers l’Australie.

Le juge de la peine, Christopher Craigie, l’a précédemment décrit comme une attaque «méchante et déplorable» d’un homme «manifestement malade».

« L’agression en était une avec un potentiel grave de causer un préjudice très grave à la fois à la victime et à son enfant à naître », a-t-il déclaré jeudi.

Mme Elasmar a déclaré au tribunal en septembre qu’elle s’était sentie ciblée en raison de sa religion et qu’elle avait craint pour la vie de son bébé et la sienne.

« Si personne n’était intervenu, j’aurais pu être tuée », a-t-elle dit.

«J’ai pris la décision consciente de détourner mon abdomen de ses coups de poing. Je voulais protéger mon bébé. »

Elle a subi des blessures mineures et a donné naissance à un garçon trois semaines après l’attaque.

Mais le tribunal a appris qu’elle avait subi un traumatisme durable depuis, notamment des craintes d’être en public et d’expliquer l’attaque à ses quatre enfants.

« L’islamophobie doit cesser. La violence contre les femmes doit cesser », a-t-elle déclaré le mois dernier.

Lozina a refusé une aide juridique et s’est représenté au tribunal. Au cours de son procès, il a fait de nombreuses diatribes incohérentes, ont rapporté les médias australiens.

Le juge a noté qu’il avait reçu un diagnostic de schizophrénie et qu’il luttait depuis longtemps contre la maladie mentale.

Il sera éligible à la libération conditionnelle en 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici