La police néo-zélandaise présente le hijab à son uniforme officiel

Une nouvelle recrue, qui s’est enrôlée après les attaques de Christchurch, deviendra le premier officier de l’histoire de la force à porter le hijab émis par la police.

La police néo-zélandaise intégrera un hijab dans son uniforme officiel pour la toute première fois, après avoir travaillé en étroite collaboration avec un étudiant musulman du Royal New Zealand Police College pour concevoir un vêtement à la fois fonctionnel et respectueux de la foi des officiers islamiques.

Zeena Ali, 30 ans, qui a postulé pour rejoindre la police néo-zélandaise à la suite des attentats terroristes de Christchurch de 2019 et a obtenu son diplôme la semaine dernière, deviendra le premier officier de l’histoire de la force à porter le hijab émis par la police.

Ali a testé plusieurs matériaux et styles avant et pendant sa formation, fournissant des commentaires à la police néo-zélandaise et à la Massey Design School et offrant des recommandations pour des ajustements. Au moment où elle a terminé son processus de recrutement, elle avait un hijab officiel de la marque de la police à porter pour obtenir son diplôme.

« C’est génial de pouvoir sortir et montrer le hijab de la police néo-zélandaise dans le cadre de mon uniforme », a-t-elle déclaré au NZ Herald. « Je pense qu’en voyant cela, plus de femmes musulmanes voudront également se joindre à nous. »

Ali, qui est née aux Fidji et a déménagé en Nouvelle-Zélande dans son enfance, a déclaré qu’elle était fière de représenter la communauté musulmane – et les femmes musulmanes en particulier – dans la police fédérale du pays. C’est à la suite des attentats terroristes de Christchurch de 2019, a-t-elle noté, qu’elle a elle-même décidé de s’enrôler.

«C’est là que j’ai réalisé que plus de femmes musulmanes étaient nécessaires dans la police, pour aller soutenir les gens avec des choses comme celle-ci», a-t-elle déclaré. « Si j’avais rejoint la police plus tôt, j’aurais été là-bas pour aider. »

«Nous avons besoin de plus de femmes musulmanes pour aider dans la communauté», a-t-elle ajouté, suggérant que «la plupart d’entre elles ont trop peur pour parler à la police et fermeraient probablement la porte d’entrée si un homme venait leur parler. »

« Si nous avons plus de femmes, une ligne de front plus diversifiée, alors nous pouvons réduire plus de criminalité. »

Au cours du processus de conception du hijab, la police néo-zélandaise a étroitement consulté Ali pour s’assurer que le vêtement répondait aux exigences en matière de santé et de sécurité ainsi qu’à ses propres besoins personnels.

« Nous reconnaissons la valeur que les différentes perspectives et expériences apportent pour nous améliorer dans ce que nous faisons », ont-ils déclaré dans un communiqué. « Nous avons besoin de personnes possédant une gamme de compétences, de parcours et de niveaux d’expérience – la diversité est essentielle pour que nous puissions servir efficacement. les besoins actuels et futurs des communautés néo-zélandaises. »

«En reflétant les communautés que nous servons et en appréciant les différentes façons de penser, nous visons à améliorer la résolution des problèmes et les résultats. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici