L’Arabie saoudite annonce l’exécution à mort de cheikh Awad al-Qarni pour avoir utilisé Twitter

Des documents judiciaires montrent que les accusations d’Awad al-Qarni incluent « l’expression de ses opinions » sur les réseaux sociaux

Les accusations portées contre un éminent prédicateur saoudien passible de la peine de mort incluent l’utilisation de comptes de médias sociaux et d’applications de messagerie, selon des documents judiciaires.

Awad al-Qarni, 65 ans, avait « reconnu » avoir utilisé un compte Twitter à son nom « à chaque occasion… pour exprimer ses opinions », ont révélé dimanche les documents consultés par le Guardian.

 

Al-Qarni a été arrêté en 2017 lors d’une vaste campagne de répression contre des prédicateurs, des universitaires, des journalistes, des hommes d’affaires et d’autres.

Les allégations portées contre lui incluaient également la création d’un compte Telegram et le partage de nouvelles considérées comme « hostiles » au royaume dans un chat WhatsApp.

De plus, le professeur de droit a été accusé d’avoir fait l’éloge du mouvement des Frères musulmans dans une vidéo.

Les admissions et les aveux lors des interrogatoires dans les prisons saoudiennes sont souvent obtenus après la torture et les mauvais traitements, indique le Middle East Eye.

Un an après son arrestation, le procureur a appelé Qarni à encourir la peine de mort avec Salman Odah et Ali al-Omari.

Qarni, Omari et Odah sont des personnalités religieuses et médiatiques indépendantes très suivies par la jeunesse saoudienne et arabe.

Le gouvernement saoudien a été accusé par des groupes de défense des droits humains d’une répression généralisée de la dissidence et de la liberté d’expression.

La répression s’est intensifiée depuis que Mohammed ben Salmane est devenu prince héritier et dirigeant de facto du royaume à l’été 2017.

Les responsables saoudiens affirment que le royaume n’a pas de prisonniers politiques.

Malgré les promesses du gouvernement de réduire les peines de mort, une augmentation récente du nombre d’exécutions a sonné l’alarme parmi les groupes de défense des droits humains.

L’année dernière, le royaume a exécuté 147 personnes, dont l’exécution massive de 81 personnes en une journée, selon l’Organisation européenne saoudienne des droits de l’homme.

Le groupe basé en Allemagne affirme qu’au moins 61 personnes risquent la peine de mort en décembre 2022, ajoutant que le nombre réel est probablement plus élevé.

Certains groupes de droite craignent que les prisonniers, dont Qarni, Omari et Odah, ne soient entraînés dans une exécution de masse.

Nasser al-Qarni, le fils d’Awad, a fui le pays l’année dernière et a demandé l’asile au Royaume-Uni après que des responsables saoudiens l’ont menacé de prison ou d’exécution s’il parlait de son père.

« Nous, en Arabie saoudite, avons épuisé tous les moyens possibles pour libérer mon père et mettre fin à l’oppression dont il est victime, mais en vain », a-t-il déclaré en octobre.

« Malheureusement, mon pays échoue, non seulement en matière de droits de l’homme mais dans tous les domaines, social, économique et politique », a-t-il ajouté.

7 Commentaires

  1. This article is an appealing wealth of informative data that is interesting and well-written. I commend your hard work on this and thank you for this information. You’ve got what it takes to get attention.

  2. Hello, I have browsed most of your posts. This post is probably where I got the most useful information for my research. Thanks for posting, maybe we can see more on this. Are you aware of any other websites on this subject

  3. good post. I just stumbled upon your blog and wanted to say that I have really enjoyed reading your blog posts. Any way I’ll be subscribing to your feed and I hope you post again soon. Big thanks for the useful info.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici