Nigéria - 43 fermiers musulmans décapités les mains liées dans le dos (1)

Des villageois de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigéria, ont enterré dimanche 43 agriculteurs tués dans une attaque perpétrée par des terroristes, tandis que les forces de sécurité en recherchaient des dizaines.

Au moins 110 hommes ont été tués dont une quarantaine de musulmans décapités lors de l’attaque, qui a débuté samedi matin dans le village de Zabarmari, tandis que les habitants ont déclaré que 70 personnes en tout seraient mortes.

Bien qu’il n’y ait pas eu de revendication de responsabilité, de tels massacres ont été perpétrés dans le passé par Boko Haram ou la province de Daech en Afrique de l’Ouest, tous deux actifs dans la région, où des terroristes ont tué au moins 30 000 personnes.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a condamné les meurtres et a déclaré que « tout le pays est blessé ».

À Zabarmari, des dizaines de personnes en deuil ont encerclé les corps, qui ont été enveloppés dans des linceuls blancs et placés sur des palettes en bois, alors que les ecclésiastiques menaient des prières pour le défunt.

Un habitant et Amnesty International ont déclaré que 10 femmes figuraient parmi les personnes portées disparues.

Le coordinateur humanitaire des Nations Unies, Edward Kallon, s’est dit « indigné et horrifié » par « l’attaque directe la plus violente » contre des civils cette année.

L’ONU a estimé qu’au moins 110 personnes ont été tuées dans la région du gouvernement local de Jere, dans l’État de Borno.

Le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, s’exprimant lors des enterrements, a appelé le gouvernement fédéral à recruter davantage de soldats, de membres de la Force opérationnelle interarmées civile et de combattants de la défense civile pour protéger les agriculteurs.

«D’un côté, ils restent chez eux, ils peuvent être tués par la faim et la famine, de l’autre, ils vont dans leurs terres agricoles et risquent d’être tués par les insurgés», a-t-il dit.

Les prix des denrées alimentaires au Nigéria ont considérablement augmenté au cours de l’année écoulée, en raison des inondations, des fermetures de frontières et de l’insécurité dans certaines zones de production alimentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici