Confinement : la hausse des violences conjugales oblige le gouvernement à lancer un dispositif d’alerte

Le confinement présente certains avantages, notamment pour se rapprocher des membres de sa famille et créer de nouveaux liens que notre vie quotidienne emplie de stress avait desserré. Certains en profitent également pour entretenir leur jardin délaissé pendant l’hiver tandis que d’autres trient et réorganisent leur appartement. Mais cette période de confinement n’est pas rose pour tout le monde, notamment pour les femmes victimes de violences conjugales.

Coincées avec leur bourreau 24h/24, certaines d’entre elles ne connaissent aucun répit et commencent à alerter les autorités. C’est ainsi que Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur vient d’annoncer une forte augmentation des violences conjugales  en France.

Les violences conjugales en forte hausse

« En zone gendarmerie » (qui correspond à des secteurs ruraux ou périphériques), ces violences ont augmenté de « 32 % en une semaine« , a-t-il déclaré.

Il a ensuite ajouté :

« Dans la zone de la préfecture de police de Paris, elles ont été en hausse de « 36 % en une semaine ».

Des chiffres qui font froid dans le dos.

Un système d’alerte mis en place

Pour tenter de lutter contre ce mal grandissant à l’ombre de l’épidémie du Coronavirus, le ministre vient d’annoncer la mise en place d’un système d’alerte auprès des pharmacies pour ces femmes victimes de violences.

Désormais, les femmes violentées pourront se manifester en se rendant à leur pharmacie. Il explique ainsi :

 » Dans la pharmacie, au moment où la femme se rend sans son mari » pour aller chercher des médicaments, il faut qu’elle « puisse donner l’alerte. »

Concrètement, le ministre évoque la possibilité d’utiliser un code « par exemple : masque 19. » Des consignes seront également données aux forces de l’ordre afin qu’elles puissent intervenir rapidement.

« Avec Marlène Schiappa (…) nous allons avancer pour que ce soit partout sur le territoire national un des moyens de protection », a-t-il poursuivi.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici