Il y a quelques jours nous avons relaté le dessin de Charlie Hebdo montrant le petit Aylan Kurdi mort sur une plage turque. Un drame qui avait plongé le monde dans la torpeur celle du destin de ces milliers d’exilés fuyant les affres de la guerre.
Mais Charlie Hebdo contrairement à la majorité ne s’émeut pas, peu lui importe le sort des réfugiés, qu’ils meurent noyé le visage enfoncé dans le sable ou emporté au large, ce qui prime avant tout, c’est le chiffre d’affaires. Un chiffre d’affaires qui a explosé le plafond depuis les attentats dont il a été victime.
Charlie Hebdo n’a pas peur de s’engraisser sur le dos des morts, dussent-ils faire partie des siens, alors que dire lorsqu’il s’agit des autres !

[Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ]

Le dessin de Charlie Hebdo a fait beaucoup de mal au père du petit Aylan, qui a pleuré toutes les larmes de son corps à la vue de l’infect dessin « Que serait devenu le petit Aylan s’il avait grandi ? » Faisant allusion aux derniers événements survenus en Allemagne, le dessinateur Riss l’a dépeint tel un pervers à la poursuite d’une femme avec comme réponse:
« Tripoteur de fesses en Allemagne ». Un manque d’humanité et de compassion propres aux membres de Charlie Hebdo, qui ne s’expriment qu’à travers la polémique et l’ignominie.

Le dessin a été considéré comme « inhumain et immoral » par le père du petit Aylan et comparable aux actions des « criminels de guerre et terroristes » qui les ont poussé à quitter leur pays. Il a déclaré à l’AFP que sa « famille est toujours en état de choc ».
Rappelons que la mère et le frère d’Aylan, âgé de quatre ans ont également péri lors de la dangereuse traversée en mer, mais le journal satirique n’en a cure, il n’a cependant pas souhaité répondre aux questions de l’AFP sur le tollé d’indignation déclenché suite à la parution de l’édition.

Renforcé par le soutien dont il a bénéficié lors des attentats, le journal renaît de ses cendres et c’est dans l’infamie qu’il continue à gonfler son compte bancaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici