Avec un niveau intellectuel à la hauteur de celui des Stallone, des Norris et des Willis, nous ne pouvions espérer mieux de notre Jean-Claude Van Damme belge.
Invité sur le plateau du Grand Journal de Canal+ ce 11 mars, il a une fois de plus défié les lois de la logique et de la rhétorique pour nous faire part de toute l’étendue de son raisonnement. Une vraie aubaine pour les journalistes, JVC fait péter l’audimat et une fois de plus il n’a pas failli à sa réputation.

[Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ]

Convié à donner son avis sur Donald Trump, JVC ne nous pas déçu il a déclaré être pour l’homme et son parler « droit »: « Trump, c’est un monsieur qui fait du business, qui adore son pays, qui adore ses gens. Il a une manière très droite de parler, il dit ce qu’il pense », ajoutant « On a été en vacances ensemble. C’est une personne qui connaît tout, qui s’intéresse à tout ».
Christine Ockrent qui était aussi invitée a tenu un autre discours qui ne semblait pas du goût de l’intrépide acteur qui ne s’est pas empêché de lui faire savoir. « Il veut redresser le pays financièrement parlant. Il va s’asseoir avec des gars comme Poutine, il va enlever sa cravate, il va boire une vodka à la russe, (…) après il va aller dans le Middle-East et il va faire de son mieux ».
Voilà un avis bien tranché pour celui qui dit ne soutenir aucun des candidats en lice: « Moi je ne soutiens, mais alors absolument personne ».

L’acteur tend à confondre la réalité avec le scénario de l’un de ses films où la situation se règle à coups de déclarations extrêmes, contrairement à plusieurs de ses confrères acteurs qui ont décidé de s’opposer au magnat de l’immobilier.
Notamment Georges Clooney qui a été clair dans son opinion de Donald Trump lors d’une interview accordée à The Gardian : « (…) C’est juste un opportuniste. Et maintenant, surtout, c’est un fasciste, un fasciste xénophobe ». Miley Cyrus pour sa part a dit qu’elle comptait quitter les Etats-Unis si le milliardaire est élu président.

Le karatéka semble plus attiré par les «grandes gueules» qui brassent de l’air et font beaucoup de bruit tout en promettant monts et merveilles. Pourtant nous avons droit tous les jours à un petit aperçu de Trump président, à chacun de ses meetings il déclenche des bagarres générales et les manifestations pour et contre Trump ont toujours lieu dans la violence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici