Ayesha Ali est accusée d'avoir tué son fils de 2 ans dont le corps a été retrouvé chez elle

La police a arrêté une femme britannique dans le cadre du meurtre de son fils de deux ans en Finlande. Ayesha Ali, 35 ans, est accusée d’avoir tué son fils Adam sur sa propriété à Espoo après avoir prétendument dit à ses proches et amis qu’elle «voulait mourir», a rapporté le Sunday Mirror.

Le journal a indiqué que son fils avait été trouvé inconscient dans son appartement après que des voisins aient entendu des cris. Il a été affirmé que Ayesha Ali, diplômée de Cambridge, avait crié: «J’ai tué mon fils» lorsque des policiers l’ont escortée de son domicile mercredi – quatre jours après la mort de son fils.

Un voisin a raconté hier soir comment elle a été alertée du drame lorsqu’elle a entendu une autre femme crier en anglais depuis l’extérieur du bloc, qui n’est accessible qu’avec une clé.

Elle a dit: «Il y avait une de ses amies qui regardait son appartement en criant:« Ayesha! Nous sommes là pour vous aider. Nous pouvons en parler ».

«Elle criait en retour qu’elle voulait mourir. La femme a été introduite dans le bâtiment par un autre voisin et je pouvais l’entendre dire qu’elle avait déjà appelé la police et qu’ils étaient en route.

«Lorsque les policiers sont arrivés, ils sont rapidement entrés dans le bâtiment puis dans l’appartement.La mère de l’enfant, originaire du Staffordshire, en Angleterre, avait demandé le divorce de son père, Adnane Osmane, en mai dernier. L’ancien couple avait déménagé avec son fils en Finlande en janvier 2019. Ils ont tous deux partagé la garde d’Adam après une dure bataille juridique, a ajouté le Sunday Mirror.

Un autre voisin a déclaré: «Il y avait elle et le bébé ici mais pas de père. «Je ne l’ai jamais vue avec un homme. C’était un adorable petit garçon – très mignon. «Je la voyais l’emmener au parc dans une poussette. C’est un cas triste. »

Le journal a affirmé que le père de Mme Ali, Imtiaz, 73 ans, a déclaré qu’il s’agissait d’un décès« accidentel »et que sa fille avait été hospitalisée. Il a ajouté des documents judiciaires montrant que Mme Ali vivait dans un refuge pour sans-abri après la bataille pour la garde. Le ministère des Affaires étrangères a confirmé qu’il était en contact avec les autorités finlandaises au sujet de l’incident.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici