Egypte - une centaine de sarcophages intacts découverts au Caire

L’Égypte a dévoilé samedi une centaine de sarcophages vieux de plus de 2000 ans en parfait état, découverts dans la nécropole de Saqqarah au sud du Caire, le plus grand « trésor » mis au jour dans le pays depuis le début de l’année.

Les cercueils en bois scellés, dévoilés en fanfare au cours d’une cérémonie, appartenaient à des hauts responsables de la Basse époque (entre 700 et 300 ans av. J.-C.) et de la période ptolémaïque (323 à 30 avant J.-C.).

Ils ont été découverts dans la nécropole de Saqqarah, où une soixantaine de sarcophages intacts et vieux de plus de 2500 ans avaient déjà été dévoilés le mois dernier.

 

« Saqqarah n’a pas encore révélé tout ce qu’elle recèle. C’est un trésor », a affirmé Khaled el-Enani, ministre égyptien du Tourisme et des Antiquités, lors de la cérémonie.

Des archéologues s’affairaient eux à nettoyer au pinceau certaines pièces exposées sur des estrades.

Le site de Saqqarah, qui se trouve à un peu plus de quinze kilomètres au sud des pyramides du plateau de Guizeh, abrite la nécropole de Memphis, capitale de l’Égypte ancienne. 

Il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et est connu pour la célèbre pyramide à degrés du pharaon Djéser, la première de l’ère pharaonique.

Ce monument, construit vers 2700 avant J.-C par l’architecte Imhotep, est considéré comme l’un des plus anciens à la surface du globe.

La centaine de sarcophages dévoilés samedi a été découverte dans trois puits funéraires, à 12 mètres de profondeur.

« Les fouilles sont toujours en cours. Dès qu’on vide un puits funéraire avec des sarcophages, on en découvre un autre », a ajouté M. Enani.

Les archéologues ont ouvert un des cercueils à l’intérieur duquel reposait une momie enveloppée dans un linceul orné de hiéroglyphes colorés. Grâce à une machine mobile, ils ont effectué une radiographie de la momie.

Plus de 40 statues d’anciennes divinités et des masques funéraires ont également été trouvés, selon le ministre.

Deux statues en bois ont également été découvertes dans la tombe d’un juge de la sixième dynastie, datant de plus de quatre millénaires, selon le secrétaire général du Conseil général des antiquités, Mostafa Waziri.

L’une d’elles représente sûrement un individu nommé Heteb Ka, qui était « vénéré par le roi », selon M. Waziri qui a loué « la beauté de ces statues »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici