La police menotte et interroge ventre à terre un élève autiste de 7 ans - VIDEO

La vidéo de la caméra corporelle de l’ancien policier de Statesville Michael Fattaleh le montre en train de traverser une salle de classe en direction de deux femmes assises avec un petit garçon autiste de 7 ans.

 

«OK, je l’ai. Il est à moi maintenant », dit Fattaleh. Il prend l’enfant autiste de 7 ans aux femmes, lui passe les bras dans le dos et le presse au sol.

Selon la vidéo de l’incident du 11 septembre 2018, l’étudiant reste dans cette position pendant les 38 prochaines minutes. Parfois, il s’assied tranquillement. D’autres fois, il sanglote de douleur apparente ou supplie Fattaleh de le laisser partir.

«J’ai toute la journée, mec», dit l’officier au début de la rencontre. « … Si vous ne connaissez pas le système de justice pour mineurs, vous le serez bientôt. »

Le crime du garçon ? Selon un nouveau procès intenté par la mère de l’enfant, identifiée comme A.G., Fattaleh dit avoir vu l’élève ayant des besoins spéciaux cracher dans une «pièce calme» de la Pressly Alternative School de Statesville.

Le policier s’est engagé à plusieurs reprises à inculper le garçon d’agression plus tard dans la journée, disant à la mère du garçon que l’enfant était devenu combatif, coups de poing et coups de pied, comportement qui n’apparaît pas pendant la vidéo. On ne sait toujours pas si les accusations ont jamais été déposées.

Selon l’avocat de Charlotte Alex Heroy, qui représente la mère du garçon, Fattaleh s’est injecté de manière inappropriée dans une situation sans être convoqué par les enseignants du garçon, puis a utilisé la force physique qui faisait parfois hurler l’enfant de douleur.

« C’est l’une des pires vidéos que j’aie jamais vues », a déclaré Heroy vendredi à l’Observer.

«Un agent des ressources scolaires dans une école pour élèves ayant des besoins spéciaux menotte et épingle un garçon de 7 ans au sol pendant près de 40 minutes? Cela n’est jamais nécessaire, d’autant plus qu’il n’y a jamais eu de menace de préjudice pour qui que ce soit. L’acte signalé était que l’enfant avait craché par terre. Cela ne devrait jamais justifier ce genre de réponse à un enfant. »

Le procès de la mère contre Fattaleh, la ville de Statesville et le conseil scolaire d’Iredell-Statesville a été déposé vendredi devant le tribunal fédéral de Charlotte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici