« On déteste l’Islam ! Vous êtes des chiens ! » une femme islamophobe agresse les membres d’une association communautaire

Bridging Gaps Foundation est une organisation canadienne à but non lucratif enregistrée qui «vise à combler les écarts entre les communautés musulmanes et non musulmanes» en utilisant des programmes d’éducation, d’intégration et de sensibilisation.

Cependant, le week-end dernier, l’organisation a filmé un échange au cours duquel une femme a utilisé un langage désobligeant et islamophobe envers les membres d’un stand d’information.

 

«Chaque semaine, certains membres de notre équipe ont mis en place un stand« Rencontrez un musulman »pour combler le fossé entre musulmans et non-musulmans et partager des informations sur l’islam», explique la Fondation dans une vidéo Facebook.

«Le dimanche 27 décembre, au centre-ville de Vancouver, une dame s’est approchée de notre équipe et a commencé à maltraiter, jurer et harceler l’équipe ainsi que certains contournants. »

La vidéo comprend un échange de six minutes entre la femme et trois membres de la station de sensibilisation. Elle insulte les membres et se tient à leurs côtés alors qu’on lui demande de partir.

«Souhaitez-vous vous rendre à l’aéroport?» dit-elle, ajoutant que la confrontation «est amusante».

« Nous allons parler tout l’après-midi tant que vous êtes ici … Je pourrais être ici toute la journée. »

La Bridging Gaps Foundation dit qu’elle partage la vidéo pour souligner l’importance de l’éducation, la gravité de l’islamophobie et du sectarisme anti-musulman, et le manque général de compréhension de l’islam.

Ils remercient également leurs membres «d’avoir fait preuve de patience face au sectarisme», ainsi que «un couple aimable qui s’est arrêté et a offert son aide».

Le service de police de Vancouver (VPD) a également été contacté, même si la femme avait quitté la région au moment de leur arrivée.

Le VPD a déclaré au Daily Hive avoir reçu dimanche un rapport sur une personne qui dirigeait un langage désobligeant et insultant envers trois personnes qui avaient érigé un stand d’information sur Robson Street pour sensibiliser à l’islamophobie.

«Les agents du VPD ont répondu et ont parlé à la personne qui a appelé la police, cependant, le sujet de la plainte avait quitté la zone et n’a pu être localisé», explique le sergent Steve Addison dans un courriel.

La police affirme que l’enquête est en cours d’examen par son équipe sur les crimes de haine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici