Pakistan La première madrasa réservée aux transgenres ouvre ses portes

Un long châle blanc sur la tête, Rani Khan donne des cours quotidiens de Coran dans la première madrasa pakistanaise réservée aux transgenres, une école religieuse qu’elle a elle-même créée en utilisant ses économies.

L’école est une étape importante pour la communauté LGBTQ dans le pays à majorité musulmane, où les personnes transgenres sont confrontées à l’ostracisme, même s’il n’y a aucune restriction officielle à leur fréquentation des écoles religieuses ou à la prière dans les mosquées.

«La plupart des familles n’acceptent pas les personnes transgenres. Ils les jettent hors de chez eux. Les personnes transgenres se tournent vers les actes répréhensibles », a déclaré Khan, 34 ans, alors que d’autres personnes transgenres, la tête couverte de la même manière, se balançaient d’avant en arrière derrière elle, récitant des versets du Coran, rapporte Al Jazeera.

«À une certaine époque, j’étais aussi l’un d’entre eux.»

Retenant ses larmes, Khan a rappelé comment elle avait été reniée par sa famille à 13 ans et forcée à mendier.

À 17 ans, elle a rejoint un groupe transgenre, dansant lors de mariages et autres événements, mais l’a abandonné pour se connecter à sa religion après un rêve dans lequel un ami transgenre décédé et un collègue danseur l’a suppliée de faire quelque chose pour la communauté.

Khan a étudié le Coran à la maison et a fréquenté des écoles religieuses, avant d’ouvrir la madrasa à deux pièces en octobre.

«J’enseigne le Coran pour plaire à Dieu, pour faire ma vie ici et dans l’au-delà», a déclaré Khan, expliquant comment l’école offrait un lieu aux personnes transgenres pour adorer, apprendre l’islam et se repentir pour les actions passées.

Elle dit que l’école n’a pas reçu d’aide du gouvernement, bien que certains fonctionnaires aient promis d’aider les étudiants à trouver un emploi.

En plus de quelques dons, Khan apprend à ses élèves à coudre et à broder, dans l’espoir de collecter des fonds pour l’école en vendant des vêtements.

Le parlement pakistanais a reconnu le troisième sexe en 2018, accordant à ces personnes des droits fondamentaux tels que la possibilité de voter et de choisir leur sexe sur les documents officiels.

Néanmoins, la communauté transgenre reste en marge du pays et doit souvent recourir à la mendicité, à la danse et à la prostitution pour gagner sa vie.

La madrasa pourrait aider les personnes trans à s’intégrer dans la société traditionnelle, a déclaré le commissaire adjoint d’Islamabad, Hamza Shafqaat, à l’agence de presse Reuters.

«J’espère que si vous reproduisez ce modèle dans d’autres villes, les choses s’amélioreront», a-t-il déclaré.

Une madrasa pour les personnes transgenres a ouvert ses portes à Dhaka, la capitale du Bangladesh, et l’année dernière, un groupe chrétien transgenre a ouvert sa propre église dans la ville portuaire animée de Karachi, au sud du Pakistan.

Le recensement pakistanais de 2017 a recensé environ 10 000 personnes transgenres, bien que les groupes de défense des droits des trans disent que ce nombre pourrait maintenant être bien supérieur à 300 000 dans le pays de 220 millions d’habitants.

«Cela donne la paix à mon cœur quand je lis le Coran», a déclaré Simran Khan, étudiant de 19 ans, qui est également désireux d’acquérir des compétences de vie.

«C’est bien mieux qu’une vie pleine d’insultes.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici