Inde - Les femmes musulmanes résistent face au gouvernement

Femmes au foyer, grands-mères et étudiantes à Delhi au centre de la résistance aux nouvelles lois sur la citoyenneté.

Avec un sourire édenté et un poing fermé levé vers le ciel, Asma Khatun, 90 ans, scandait avec exubérance. «Azadi» utilisant le mot hindi pour la liberté et se joignant à un chœur bruyant qui a retenti à travers Shaheen Bagh, un quartier du sud de Delhi qui, au cours des dernières semaines, est devenu un symbole national de résistance.

Depuis plus de 40 jours, la frêle mais fougueuse femme de 90 ans campe dans la rue jour et nuit, aux côtés de centaines de femmes et bravant les températures les plus froides de Delhi depuis plus d’un siècle confie Shaheen au Guardian.

«Je suis vieille, mes os me font mal dans le froid et mes enfants sont très inquiets pour ma santé, mais je suis assise ici parce que je ne resterai pas là pendant que M. Modi essaie de briser l’Inde, pour me dire que ce n’est pas ma maison après 90 ans », a déclaré Khatun.

Elle a ajouté avec défi: «Peur ? Qui a parlé de peur. Je n’ai jamais participé à une manifestation auparavant mais je ne bougerai pas et si je meurs ici, je mourrai en me battant pour mes enfants et mon pays. »

La nouvelle loi discrimine la communauté musulmane

Les troubles qui ont englouti l’Inde le mois dernier après l’adoption d’une nouvelle loi sur la citoyenneté qui, selon beaucoup, discrimine ouvertement les musulmans et sape les fondements laïques de la constitution indienne n’ont montré aucun signe de ralentissement.

Des millions de musulmans seraient déclarés étrangers illégaux dans leur propre pays uniquement en raison de leur religion.

Le réveil politique impulsé par les femmes a débuté fin décembre dans le quartier à majorité musulmane de Shaheen Bagh, lorsque des centaines de femmes ont bloqué une route principale et ont commencé une manifestation sit-in contre la nouvelle loi sur la citoyenneté. Depuis lors, les chiffres ont augmenté, attirant une foule intergénérationnelle, en grande partie féminine, contrairement à toute manifestation observée en Inde auparavant.

Parmi eux, Bilkis, 82 ans, campait depuis plus d’un mois.

«De toute ma vie, c’est la première fois que je participe à un mouvement politique», a-t-elle déclaré. «Avant cela, j’étais femme au foyer, je ne quittais jamais la maison. Maintenant, je mange ici et je dors ici, je rentre chez moi tous les deux jours pour obtenir de nouveaux vêtements. Il fait froid parfois mais ce n’est pas difficile. Comment puis-je m’asseoir en sachant que mes enfants pourraient être expulsés de ce pays qui est leur maison et envoyés en prison ou envoyés au Pakistan? Je ne quitterai cet endroit que lorsque la vie de mes enfants sera en sécurité. Nous sommes puissants et Modi a maintenant peur. »

Nusrat Asra, 43 ans, a déclaré qu’elle avait abandonné sa vie de femme au foyer pour la première fois, pour s’asseoir avec les femmes de Shaheen Bagh tous les jours. 

« Je n’ai peur de rien, je n’ai pas peur de la police, je n’ai pas peur d’être battue, je suis juste ici pour défendre la liberté », a expliqué Asra avec animation, le visage illuminé de défi. 

Pour Shafqat Rahim, un étudiant en droit de 25 ans issu d’une famille musulmane conservatrice, les manifestations anti-CAA à Kolkata ont été un moment d’éveil politique. «Les protestations se dessinent comme une révolution où les femmes ont assumé les rôles principaux», a-t-elle déclaré. «Nous, les femmes, supprimerons les dirigeants fascistes.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici