La ville de Barcelone décide d'annuler l'accord de jumelage avec Tel-Aviv

La ville espagnole de Barcelone décidera de mettre fin à sa relation de jumelage avec Tel-Aviv le mois prochain pour « les crimes qu’Israël commet contre le peuple palestinien« , selon les médias israéliens.

Des centaines de manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés devant la mairie de Barcelone plus tôt cette semaine, exhortant les politiciens à couper les liens avec la ville israélienne.

La manifestation s’inscrit dans le cadre d’une campagne croissante d’activistes, qui a abouti à une pétition officielle diffusée via la mairie de Barcelone qui a recueilli plus de 4 000 signatures exhortant la municipalité à couper les liens avec Israël et sa ville jumelle de Tel-Aviv, indique Middle East Eye.

La pétition exhortait les autorités à « dénoncer le crime d’apartheid contre le peuple palestinien et, en conséquence, à adopter les procédures appropriées pour suspendre les relations institutionnelles avec l’État d’Israël, y compris l’accord d’amitié et de coopération Barcelone – Gaza – Tel Aviv ».

La campagne a également appelé à une « motion pour encourager la mairie de Barcelone et le gouvernement municipal à renforcer la coopération avec les organisations palestiniennes et internationales, y compris israéliennes, qui travaillent pour mettre fin à la violation des droits humains de la population palestinienne ».

« Parti pris anti-israélien »

Des groupes pro-israéliens ont exhorté les autorités de Barcelone à rejeter la motion.

Le Congrès juif européen (EJC) a qualifié d’alarmant le slogan des militants pro-palestiniens « Barcelone avec le NON de l’apartheid », ajoutant qu’il était motivé par un « préjugé anti-israélien profondément enraciné ».

Barcelone, Tel-Aviv et la ville de Gaza ont signé un accord d’amitié et de coopération en 1998. Les militants pro-palestiniens ont appelé à la poursuite des relations de Barcelone avec la ville de Gaza.

La proposition a été initiée par la maire de gauche de la ville espagnole, Ada Colau, qui travaille aux côtés d’autres groupes pro-palestiniens pour mettre fin à l’accord de longue date.

Le B’nai B’rith International, une autre organisation pro-israélienne, a déclaré : « En cas de succès, ce serait une décision sans précédent en Europe et qui est sans aucun doute motivée par le parti pris anti-israélien le plus extrême. Nous sommes scandalisés que le conseil municipal ferait une proposition aussi manifestement biaisée. »

En 2015, Amsterdam a abandonné ses propositions de devenir une ville sœur avec Tel-Aviv en raison de préoccupations concernant la situation des droits de l’homme en Israël.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici