L'Algérie réprime la presse alors que le mouvement de protestation persiste

Le mouvement de protestation massif de l’Algérie, temporairement étouffé par la pandémie, voit également de nombreux militants et journalistes emprisonnés sous le régime du gouvernement.

Avec les restrictions de coronavirus limitant ses activités publiques, le mouvement de protestation algérien Hirak s’est retrouvé sous de nouvelles attaques, avec beaucoup de ses partisans les plus virulents emprisonnés dans le cadre d’une campagne gouvernementale que des groupes de défense des droits, tels qu’Amnesty International, ont qualifié de « sans précédent » au sein l’histoire récente du pays.

Dès le début en février de l’année dernière, les manifestations ont présenté un défi incessant et sans précédent au cœur même du pouvoir algérien, le pouvoir, le mystérieux cadre d’apparatchiks militaires et d’État qui entourent la présidence.

Malgré les changements dans le personnel gouvernemental, les changements de politique et les changements dramatiques dans les tactiques de l’État, les manifestations ont maintenu la pression sur le cœur du gouvernement, seul le déclenchement de la pandémie ralentissant la force de sa marche.

Si la liberté d’expression en Algérie n’a jamais été acquise, l’interdiction récente de la chaîne de télévision française M6 et l’arrestation très médiatisée du journaliste algérien indépendant et correspondant de Reporters sans frontières (RSF), Khaled Drareni, pointent toutes vers un renforcement des restrictions à la presse. liberté et liberté d’expression dans le pays d’Afrique du Nord. Parallèlement à ces deux cas très médiatisés, il y a une liste croissante de journalistes qui ont été emprisonnés pour leurs reportages ou leurs activités sur les réseaux sociaux, souvent pour des accusations aussi vagues que «porter atteinte à l’intégrité territoriale de l’Algérie», «insulter le président de la république» ou « incitant à un rassemblement. »

Le communiqué du ministère algérien de la Communication annonçant l’interdiction de M6 a accusé la chaîne d’avoir utilisé de fausses autorisations pour tourner un documentaire présentant une vision « partiale » du mouvement de protestation, accusations que M6 a fermement démenties. Drareni a été condamné à deux ans en appel à la mi-septembre après avoir été initialement arrêté en mars pour «incitation à un rassemblement non armé» et «mise en danger de l’unité nationale» dans le cadre de ses reportages sur le mouvement de protestation.

Tout en précisant qu’il n’avait jamais personnellement subi de censure, un journaliste indépendant d’Alger a déclaré à Al-Monitor: «La pression sur de nombreux médias a commencé pendant le Hirak. Les chaînes de télévision privées et les médias publics ont reçu pour instruction de ne plus couvrir le Hirak. Les autorités ont intensifié la pression après les élections de décembre, censurant de nombreux médias en ligne et emprisonnant un certain nombre de journalistes, dont notre collègue Khaled Drareni », a-t-il déclaré.

Peut-être de manière prévisible, l’arrestation de Drareni a alimenté les tensions entre le gouvernement et RSF, un groupe de défense de la liberté de la presse. S’adressant à la presse le sept. Le 21 janvier, le président Abdelmadjid Tebboune a affirmé que le pays était victime d’un complot international par lequel des acteurs étrangers militaient des organisations non gouvernementales telles que RSF pour déstabiliser l’Algérie. Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF à Tunis, a déclaré à Al-Monitor: «Les autorités algériennes ne sont pas ouvertes aux efforts de RSF visant à améliorer la situation de la liberté de la presse en Algérie et à libérer notre correspondant, le journaliste algérien Khaled Drareni. « 

Khayati a poursuivi: «Dans [son] dernier entretien, le président Tebboune a affirmé qu’aucun journaliste n’avait été emprisonné et il a en outre accusé RSF d’ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie. En outre, il a déclaré que la liberté de la presse est entièrement respectée en Algérie, » une affirmation contredisant le propre indice de RSF, qui plaçait le pays au 146e rang sur son indice de la liberté de la presse de 180 pays, marquant une baisse significative par rapport à son sommet d’il y a cinq ans lorsqu’il était classé 119e.

«Depuis l’élection du président Tebboune, la liberté d’information a été gravement menacée en Algérie. En effet, plusieurs poursuites ont été intentées contre des journalistes», a déclaré Khayati, notant qu’en plus de Drareni, plusieurs autres reporters, comme Ali Djamel Toubal, qui était Condamné à deux ans d’emprisonnement en juin pour commentaires Facebook, continue de croupir en prison. Plus récemment, a été le cas d’Abdelkrim Zeghileche, qui a été condamné en août à une peine de deux ans pour une publication sur Facebook appelant à la création d’un nouveau parti politique.

Pour des observateurs tels qu’Amna Guellali, directrice régionale adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International, il n’y a pas tant de campagne gouvernementale contre une presse libre que de clôture de la dissidence.

« Il ne s’agit pas seulement de Drareni », a-t-elle expliqué, « il s’agit de la liberté d’expression en général. Lorsque le gouvernement ferme un site Web en Algérie, les gens n’ont pas toujours le temps ou la compréhension pour accéder aux mêmes informations depuis un pays étranger via un VPN. « 

De plus, malgré la libre circulation de l’information promise par Internet, il semble que les efforts de l’Algérie pour bâillonner ses critiques publics avant de pouvoir reprendre semblent porter leurs fruits.

« L’Algérie a intensifié le niveau de répression », a poursuivi Guellali. « Le niveau de persécution que nous constatons contre les membres du Hirak est sans précédent. »

En étouffant les voix critiques avant le référendum de novembre sur la réforme constitutionnelle et avant la reprise potentielle des troubles de masse après la pandémie, le gouvernement a peut-être gagné du temps. Cependant, sans aborder aucune des principales préoccupations du Hirak, il n’est pas certain que ce temps supplémentaire se révèle utile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici