Le Qatar accuse l'Arabie saoudite d’empêcher l’accès de son Ministre à la réunion du Golfe sur le Coronavirus

Le Qatar a accusé l’Arabie saoudite d’avoir autorisé un différend prolongé à entraver la coordination des pays arabes du Golfe sur l’épidémie de coronavirus en refusant au ministre qatari de la Santé l’accès en temps opportun à une réunion des ministres régionaux de la Santé à Riyad, rapporte Reuters.

Le ministère des Affaires étrangères du Qatar a déclaré dans un message sur son compte Twitter officiel que l’Arabie saoudite n’avait pas accordé un permis d’entrée au ministre de la Santé publique Hanan al-Kuwari qu’après que la réunion du secrétariat général du Conseil de coopération du Golfe (CCG) mercredi avait déjà commencé.

« Nous sommes surpris de voir que l’Arabie saoudite politise un secteur humanitaire qui nécessite une collaboration et une coordination étroites en raison de l’urgence de la situation. » a écrit le Ministère des Affaires étrangères qatari.

Le secrétariat et le bureau des médias du gouvernement saoudien n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte non membre du CCG imposent un boycott politique, économique et commercial au Qatar depuis la mi-2017 en raison d’allégations selon lesquelles il soutient le terrorisme et entretient des relations avec l’ennemi régional, l’Iran. Doha nie les accusations et affirme que l’embargo vise à restreindre sa souveraineté.

La première lueur d’un dégel est apparue à la fin de l’année dernière lorsque l’Arabie saoudite et le Qatar ont entamé des pourparlers sur le différend, mais le ministre des Affaires étrangères du Qatar a déclaré la semaine dernière que les discussions n’avaient pas abouti et avaient été suspendues début janvier.

Le Koweït et les États-Unis, qui entretiennent des liens étroits avec tous les États concernés, ont jusqu’à présent tenté sans succès de servir de médiateur dans la rangée pour restaurer l’unité du Golfe. Washington considère la fracture comme une menace pour les efforts visant à contenir l’Iran.

Une flambée de coronavirus en Iran, qui a jusqu’à présent fait quatre morts, a commencé dans la ville sainte chiite de Qom, ont annoncé les autorités iraniennes.

Le coronavirus, officiellement appelé COVID-19, a balayé de nombreux pays dans le monde et fait craindre de plus en plus son impact depuis sa première identification dans la province chinoise de Wuhan en début d’année.

Plus de 2 100 personnes sont décédées en Chine et de nouvelles recherches suggérant que le virus est plus contagieux qu’on ne le pensait auparavant ont accru l’alarme internationale face à l’épidémie.

Bien que le virus respiratoire n’ait pas eu une présence importante au Moyen-Orient dans son ensemble, les pays de la région ont mis en œuvre une série de mesures préventives afin d’éviter que les infections ne prennent racine. Les mesures comprennent les Émirats arabes unis ordonnant aux citoyens de ne pas se toucher le nez dans leurs salutations traditionnelles, et la fabrication par la Turquie d’un kit de «résultats rapides» pour tester le virus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici