Les espions des Emirats Arabes Unis ont surveillé les conversations entre Michelle Obama et Sheikha Moza du Qatar

Selon un nouveau livre d’un journaliste du New York Times, des espions des Émirats arabes unis ont piraté des appareils appartenant à la famille royale du Qatar et intercepté des communications privées entre la Première dame américaine de l’époque, Michelle Obama, et Son Altesse Sheikha Moza bint Nasser.

Des reportages antérieurs ont mis en évidence l’opération de renseignement sophistiquée menée par les EAU (Emirats Arabes Unis) avec l’aide d’anciens agents américains. Les cibles comprenaient des responsables gouvernementaux, des bureaux des Nations Unies à New York et des cadres de la FIFA.

Mais un article du Times samedi avec des extraits du livre – C’est comme ça qu’ils me disent que le monde se termine par la journaliste de cybersécurité du Times Nicole Perlroth – est le premier à rendre compte de la surveillance des communications par courrier électronique fin 2015 entre Obama et Sheikha Moza, épouse de l’ancien émir du Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani.

Les communications interceptées comprenaient des réflexions personnelles, des détails sur la sécurité et un changement d’itinéraire après qu’Obama ait été programmé pour s’exprimer au Qatar lors du sommet annuel sur l’éducation de son Altesse royale à Doha.

L’effort d’espionnage aurait conduit un agent américain à démissionner du programme d’espionnage et à quitter Abu Dhabi.

«C’est à ce moment que j’ai dit: « Nous ne devrions pas faire ça. Nous ne devrions pas viser ces personnes », a déclaré l’ancien analyste de la National Security Agency (NSA) des États-Unis.

Espionnage de pointe

Connu sous le nom de Project Raven, les pirates ont utilisé des outils de cyberespionnage de pointe pour aider les Émirats arabes unis à surveiller d’autres gouvernements, groupes armés et militants des droits de l’homme critiques à l’égard de la monarchie.

Des entretiens par l’agence de presse Reuters en 2019 avec d’anciens agents de Raven, ainsi qu’un examen de milliers de pages de documents de projet et de courriels, ont montré que les techniques d’espionnage enseignées par la NSA étaient au cœur des efforts des EAU pour surveiller les opposants.

Les agents ont utilisé un arsenal de cyber-outils, y compris une plate-forme d’espionnage de pointe connue sous le nom de Karma, avec laquelle des agents de Raven disent avoir piraté les iPhones de centaines d’activistes, de dirigeants politiques et de terroristes présumés.

Le FBI enquête actuellement parce que les lois américaines interdisent le piratage des réseaux américains ou le vol des communications des Américains.

Des agents américains ont aidé à localiser les comptes cibles, à découvrir leurs vulnérabilités et à déclencher des cyberattaques pour les espions des EAU. Pour rester dans les limites de la loi, le personnel américain n’a pas appuyé sur le bouton de l’attaque ultime, mais se tenait souvent littéralement sur les épaules des Emiratis qui l’ont fait, a rapporté Reuters.

Entre 2012 et 2015, des équipes individuelles ont été chargées de pirater des gouvernements rivaux entiers, alors que l’objectif du programme est passé de la lutte contre le terrorisme à l’espionnage contre des ennemis géopolitiques, selon des documents.

Le Qatar était une cible de choix, avec l’Iran, la Turquie et les rebelles au Yémen.

En 2010, Doha a attiré l’attention du monde entier en remportant le droit d’organiser la Coupe du monde de football 2022. En 2014, des agents des EAU ont ciblé les directeurs de la FIFA, l’organisme suisse qui gère le football international, et les personnes impliquées dans l’organisme organisateur de la Coupe du monde au Qatar.

Le stratagème visait à voler des informations dommageables sur la candidature du Qatar à la Coupe du monde, qui pourraient être divulguées pour embarrasser le rival des EAU dans le Golfe.

L’opération de piratage de la FIFA a été baptisée Brutal Challenge. Les pirates ont envoyé des messages Facebook et des courriels contenant un lien malveillant vers un site Web appelé «worldcupgirls». Un clic sur le lien a déployé un logiciel espion sur l’ordinateur de la cible.

On ne sait pas si la mission a réussi. Mais les cibles incluaient Hassan al-Thawadi, secrétaire général de l’organe d’organisation de la FIFA au Qatar.

Les EAU n’ont pas officiellement commenté l’opération d’espionnage, mais disent qu’ils font face à de réelles menaces de la part de groupes armés et travaillent avec les États-Unis dans les efforts de lutte contre le terrorisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici