Les Tunisiens signent une pétition nationale rejetant le « coup d’Etat contre la constitution »

Plus d’une centaine de personnalités publiques tunisiennes ont signé dimanche une pétition en ligne soulignant le rejet de toute tentative de « contestation de la constitution ».

Selon le correspondant de l’Agence Anadolu, du samedi soir au dimanche 14h30. (GMT), 103 personnalités ont signé la pétition publiée sur Facebook, dont des députés, des professeurs d’université, des militants des droits humains et des militants politiques. L’appel à la signature de la pétition est toujours ouvert.

Parmi les signataires les plus notables de la pétition figurent Yamina Zoghlami (députée du parti Ennahdha), Yadh Loumi (député indépendant), Oussama Khelifi (député du parti Qalb Tounes), le militant politique Abdelhamid Jelassi, et le professeur de droit constitutionnel « Jaouhar Ben M’barek ».

La pétition intervient quelques jours après que Walid Hajjam, conseiller du président Kaïs Saïed, a déclaré que ce dernier avait l’intention de suspendre la Constitution, comme une étape vers une nouvelle constitution prévoyant le changement du système de gouvernement vers un système présidentiel, à la place du régime mixte (combinant parlementaire et présidentiel) actuellement en vigueur.

Hajjam a déclaré dans une émission télévisée jeudi que « l’intention de Saïed est de changer le système politique vers un système présidentiel qui sera soumis à un référendum populaire, ce qui signifie aller vers la suspension de la constitution et l’adoption d’autres mécanismes (qu’il n’a pas clarifié) pour gérer l’État. « 

 

Les signataires de la pétition ont affirmé « leur attachement à la constitution de 2014, qui a été l’aboutissement du processus de la révolution tunisienne et l’incarnation des aspirations des Tunisiens à la liberté, à la dignité, à la démocratie. , la citoyenneté et l’état de droit. « 

Ils ont en outre rejeté « toute tentative de la contourner (la constitution), de s’en écarter et de subvertir son contenu ».

Les signataires ont estimé que les propos de Hajjam étaient « une confirmation du coup d’État contre la constitution que le président a initié le 25 juillet, avec des mesures exceptionnelles ».

Le 25 juillet, Saïed a décidé de geler les travaux du Parlement, de lever l’immunité des députés et de limoger le Premier ministre, Hichem Mechichi. Saïed a ainsi décidé de prendre seul les rênes du pouvoir exécutif, avec l’aide d’un gouvernement dont il choisira le président.

Le président tunisien a ensuite publié des décrets pour révoquer des fonctionnaires et en nommer d’autres. Le 24 août, les mesures exceptionnelles ont été prolongées sine die.

Les pétitionnaires ont salué la « forte réaction de nombreux partis à cette déclaration dangereuse du conseiller présidentiel ».

« Nous attendons des positions exprimant la même fermeté de toutes les parties qui ne se sont pas encore prononcées, ainsi que des organisations sociales et professionnelles et des organisations de la société civile », ont-ils déclaré.

Et de mettre en garde contre « la dégradation des libertés dans le pays, entre les interdictions de voyager qui ont touché de nombreuses personnalités, les procès de civils devant les tribunaux militaires, les arrestations et perquisitions au domicile des particuliers, et les atteintes à la propriété privée en dehors de tout recours judiciaire et judiciaire. traiter. « 

Ils ont estimé que c’était « une indication dangereuse qui montre la dérive vers une nouvelle dictature et un coup d’État contre la constitution et la légitimité ».

La majorité des partis tunisiens ont rejeté les décisions de Saïed, certains y voyant un « coup d’État contre la constitution ». D’autres partis les ont soutenus, les considérant comme une « correction de cap », au regard des crises politique, économique et sanitaire (pandémie de coronavirus) que traverse le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici