Coronavirus - le gouvernement égyptien encourage les femmes à éviter une grossesse

Le ministère a publié une déclaration disant que retarder la grossesse lors de la propagation de COVID-19 était une nécessité. Il a déclaré que de nouvelles découvertes ont lié le virus à des caillots sanguins qui peuvent affecter le placenta et la nutrition du fœtus.

Le communiqué indique que la grossesse peut provoquer un affaiblissement indirect du système immunitaire, rendant les femmes enceintes vulnérables au virus.

« L’utilisation de contraceptifs peut être utilisée pour empêcher temporairement une grossesse », indique le communiqué.

Le ministère a également souligné l’importance de rester actif, détendu et reposé pendant la grossesse. Il a déclaré que la marche était considérée comme la meilleure forme d’exercice pour les femmes enceintes, mais que pendant la propagation du coronavirus, il n’était pas recommandé que les femmes enceintes quittent la maison, sauf en cas de nécessité absolue pour éviter l’infection.

Le ministère a expliqué que les unités de santé fournissaient diverses méthodes de contrôle des naissances, y compris la capsule Implanon, une méthode à long terme qui dure trois ans. La capsule peut être implantée facilement et sans intervention chirurgicale par des médecins spécialisés en moins de trois minutes.

Le ministère a confirmé que la capsule convient à la plupart des femmes ainsi qu’aux mères qui allaitent et est vendue pour cinq livres égyptiennes (0,30 $).

Le médecin égyptien Zainab Abdel-Meguid, 40 ans, a déclaré que la déclaration du ministère de la Santé était correcte mais aurait dû être publiée plus tôt, lorsque le virus a fait son apparition en Égypte en février, étant donné le risque extrême auquel une femme enceinte pourrait être confrontée.

L’employée du gouvernement, Wagida Abdel-Latif, a déclaré que l’annonce du gouvernement était importante en raison d’un système de santé égyptien déjà débordé et de son incapacité à accueillir les patients souffrant du coronavirus.

Abdel-Latif est mère de deux enfants, mais a déclaré que même si elle n’était pas mère, elle aurait répondu à la demande du gouvernement de reporter la grossesse pour sa propre sécurité et celle de ses futurs enfants.

Mervat Abdel-Karim, 29 ans, n’approuve pas la décision du ministère. Elle a déclaré à Arab News qu’elle était nouvellement mariée et qu’elle n’était pas d’accord avec la demande du ministère car elle voulait devenir mère. Le mari d’Abdel-Karim partage son point de vue quant à sa volonté de devenir père.

La ménagère Gamila Saeed essaie de tomber enceinte depuis 14 ans. Mais lorsqu’elle est finalement tombée enceinte, au cours de son neuvième mois de grossesse, les craintes ont augmenté quant à la perte du fœtus à cause du virus.

L’hôpital d’isolement du village de Sinbillawain, dans le gouvernorat de Daqahlia, au nord du Caire, a été témoin quelques jours avant la fin de la période d’isolement de la mère.

Le Dr Mohamed El-Surugi, directeur de l’hôpital Al-Sinbillawain, a expliqué que les femmes enceintes souffrant du coronavirus sont placées sous soins continus même si l’état de la patiente est stable, en particulier si la patiente approche de la fin de sa grossesse.

Il a dit que l’état de la patiente était resté stable pendant qu’elle recevait un traitement par le personnel médical vérifiant la santé du fœtus.

El-Surugi a déclaré que l’accouchement était censé être effectué par césarienne en raison de l’état de la femme et du fœtus, mais la patiente a ressenti une douleur intense avant sa césarienne prévue, forçant l’équipe médicale à effectuer l’opération plus tôt que prévu.

Avant l’accouchement, un frottis a été prélevé sur la femme pour vérifier si elle portait toujours le virus. Pendant l’opération, des mesures préventives ont été prises pour assurer sa sécurité et celle du bébé. Après l’opération, les résultats des frottis sont revenus négatifs, à la grande joie du personnel médical.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici