Coronavirus - l’épidémie « sous contrôle », l’Allemagne se déconfine

L’Allemagne fait ses premiers pas vers la normalité lundi, avec des magasins plus petits dans certaines régions qui s’ouvrent pour la première fois depuis un mois après que les politiciens ont déclaré le coronavirus « sous contrôle ».

Des fleuristes aux magasins de mode, la majorité des magasins de moins de 800 mètres carrés (8600 pieds carrés) seront autorisés à accueillir à nouveau les clients, dans une première vague de relâchement aux restrictions strictes de la vie publique introduites le mois dernier.

La chancelière Angela Merkel et les premiers ministres des États de la région ont annoncé la décision de rouvrir la semaine dernière, bien qu’ils aient pris soin de ne la présenter que comme un premier pas prudent.

Alors que les premiers magasins ouvriront leurs portes lundi, chacun des 16 États allemands devrait lever les restrictions à un rythme légèrement différent.

Dans certains États comme la capitale Berlin, la réouverture prendra un peu plus de temps.

Merkel, qui a été félicitée pour sa gestion de la crise des coronavirus, espère relancer l’économie allemande en difficulté, qui est officiellement entrée en récession la semaine dernière.

« Fragile »

Avec 139 897 cas confirmés et 4 294 décès dimanche, l’Allemagne a été l’un des pays les plus touchés par le COVID-19, mais aussi l’un des plus rapides à réagir.

Vendredi, l’Institut de santé publique Robert Koch a annoncé que le taux d’infection – le nombre de personnes contaminées par chaque malade – était tombé en dessous de un pour la première fois, amenant le ministre de la Santé Jens Spahn à déclarer le virus « sous contrôle » .

Pourtant, Merkel, qui a elle-même été mise en quarantaine deux semaines plus tôt ce mois-ci avant de subir un test négatif pour le virus, a averti que le succès de l’Allemagne restait « fragile ».

« Nous ne pourrons pas reprendre une vie normale pendant longtemps », a déclaré son collègue du parti conservateur Armin Laschet, premier ministre de Rhénanie du Nord-Westphalie, la région la plus peuplée du pays.

Dans une interview à l’hebdomadaire Der Spiegel, Laschet a averti que certaines restrictions sur les coronavirus pourraient durer jusqu’en 2021.

L’interdiction des rassemblements de plus de deux personnes et l’obligation de se tenir à plus de 1,5 mètre des autres dans les espaces publics restent en vigueur.

Cela signifie que les coiffeurs, initialement considérés comme une entreprise essentielle, ne peuvent pas ouvrir avant le 4 mai au moins.

Les lieux culturels, les bars, les centres de loisirs et les salons de beauté resteront également fermés pour le moment, tandis que les événements publics à grande échelle tels que les concerts et les matchs de football sont interdits jusqu’au 31 août.

Les grands magasins n’ayant pas pu ouvrir, l’Association allemande du commerce a averti vendredi d’une possible « distorsion de concurrence ».

Pourtant, le ministre de l’Économie, Peter Altmaier, a défendu la limite des 800 mètres carrés, affirmant que « la ceinture ne peut être desserrée que petit à petit ».

Réouverture des écoles

Les écoles seront également partiellement rouvertes dans les semaines à venir, la plupart des États devant accueillir à nouveau les élèves plus âgés à partir du 4 mai.

La politique éducative est traditionnellement décidée au niveau de l’État en Allemagne, et la Bavière, la région la plus touchée par le virus jusqu’à présent, gardera ses écoles fermées pendant une semaine supplémentaire.

Le 29 avril, les ministres régionaux de l’Éducation devraient présenter des plans concrets sur la manière dont la distanciation sociale peut encore être appliquée en classe.

L’Allemagne espère combiner la levée des restrictions avec un traçage plus efficace de la propagation du COVID-19.

Le pays espère accélérer les tests – il a déjà testé environ deux millions de personnes – et vise à produire environ 50 millions de masques de protection, dont 10 millions de la norme FFP2 plus efficace par semaine à partir d’août.

Bien que ce ne soit pas encore obligatoire, Merkel a déclaré que son gouvernement « conseille fortement » de porter un masque en public.

Les mouvements de population étant attendus avec la réouverture des magasins, les États de l’Est du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et de la Saxe ont rendu les masques obligatoires dans les transports publics.

Ce faisant, ils ont suivi l’exemple de la ville orientale de Jena, qui a imposé unilatéralement le port de masques au début du mois.

Selon les médias allemands, la ville n’a enregistré aucun nouveau cas depuis une semaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici