« Allah ne va pas t'aider ! » assène un policier américain à Muhammad pendant qu'il le tue - VIDEO

Muhammad Muhaymin Jr, décédé en 2017 après avoir été retenu par des officiers de Phoenix, hurlant « Je ne peux pas respirer » dans la vidéo. 

 

La famille de Muhammad Muhaymin Jr, un musulman noir non armé décédé en garde à vue en 2017, a lancé un nouveau plaidoyer en faveur de la justice alors qu’une séquence vidéo a été diffusée le montrant criant «Je ne peux pas respirer» et appelant «S’il vous plaît Allah» dans le quelques minutes avant sa mort.

Muhammad âgé de 43 ans est décédé après avoir été retenu par au moins quatre policiers de Phoenix – dont l’un a mis son genou sur son cou – pendant près de huit minutes alors qu’il criait de douleur.

Aucun des policiers n’a fait l’objet de mesures disciplinaires ou n’a été inculpé et ils travaillent tous pour la police de Phoenix.

Sa sœur Mussalina Muhaymin, 48 ans, a raconté le combat de sa famille sachant que les officiers n’ont pas été tenus pour responsables.

Elle a déclaré: «Ils n’ont eu à répondre à aucune de leurs actions, il n’ya eu aucune conséquence. Cela a eu un impact considérable sur notre famille. En tant qu’individus, nous avons tous nos différentes manières de le gérer, mais le problème est que c’est ici et que nous continuons de le gérer, nous ne pouvons pas en guérir. « 

Mussalini Muhaymin, qui travaille dans un centre de santé communautaire et vit à Phoenix, a ajouté: «Ils devraient être licenciés de leur travail, perdre toute opportunité d’aller travailler pour un autre service de police, faire face à des conséquences juridiques avec la possibilité d’être poursuivis et condamnés. pour meurtre, parce que c’est ce que c’était. »

Une enquête interne menée par la police de Phoenix a révélé que les agents «n’avaient commis aucun acte justifiant des poursuites pénales», a rapporté CNN. Le médecin légiste du comté de Maricopa a déclaré que la mort était un homicide – énumérant la principale cause de décès comme un arrêt cardiaque aggravé par «une maladie coronarienne, une maladie psychiatrique, une intoxication aiguë à la méthamphétamine et un effort physique pendant le subdual des forces de l’ordre».

Un rapport du Dr Bennet Omalu, le témoin expert de la famille, a révélé qu’il était mort «d’asphyxie due à la compression de sa trompe et de son corps» et que «si Muhammad n’avait pas rencontré la police le 4 janvier 2017, il ne serait pas mort». .

La famille est en train d’entamer une action civile pour laquelle elle s’attend à avoir une date de procès au début du printemps. Leur avocat, David Chami, associé directeur du contentieux chez Price Law Group, a demandé la réouverture de l’enquête.

Il a déclaré: «Si l’enquête était rouverte sur la base de ce que nous avons maintenant découvert dans notre poursuite civile, nous pensons que certains des agents, pas tous, mais que certains d’entre eux justifieraient des poursuites pénales.»

Muhaymin espère qu’à la lumière des manifestations de Black Lives Matter après la mort de George Floyd, l’affaire recevra une attention renouvelée.

Elle a dit que la mort de Floyd avait fait ressortir une combinaison d’émotions. «De la colère à l’extrême tristesse, savoir que ces hommes et ces femmes ont été confrontés à ces comportements de la part d’une organisation qui s’est engagée à protéger et à servir votre communauté.»

Des images déchirantes de la caméra corporelle, publiées dans leur intégralité pour la première fois, capturent les violences physiques et verbales que Muhaymin a subies dans les derniers moments de sa vie.

La police l’emmène à l’extérieur du centre communautaire où Muhaymin voit son chien et crie «mon enfant». Ils l’amènent au parking, à côté d’une voiture de police, où Muhaymin demande: «Pourquoi faites-vous cela?»

Ils semblent le clouer contre la voiture puis l’amener au sol où il hurle et dit: «Je ne peux pas croire cela. Un officier répond: « Putain, détends-toi, idiot. » Un des officiers est entendu demander: «Où est le Taser?»

Ses appels à l’aide, ses cris de douleur et sa demande «d’arrêter» sont régulièrement accueillis par des propos abusifs, notamment «idiot» et «enc***», tandis que des policiers haletants ont placé leur poids sur son cou, son dos, ses bras et ses jambes.

Il dit à plusieurs reprises qu’il «ne peut pas respirer». Quand il crie «S’il vous plaît Allah», un officier répond: « Allah ? Il ne va pas vous aider pour le moment. »

Sa soeur a décrit son frère – qui avait deux enfants et trois sœurs – comme «doux et aimant avec nous. C’était une personne spirituelle, il était amusant, il aimait plaisanter, il avait beaucoup de personnalité, et à cause de cela, beaucoup de gens l’aimaient vraiment. »

Elle a dit que pour sa fille, c’était particulièrement difficile. «Nous sommes des adultes, nous pouvons presque le traiter un peu mieux, mais pour connaître l’expérience qu’un enfant aura de ne pas avoir de père. En tant que fille et père, c’est déchirant de voir ça. « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici