Coronavirus - la distance sociale est « impossible » pour les réfugiés rohingyas

Avec plus d’un million de Rohingyas au Bangladesh, les mesures sanitaires pour arrêter le COVID-19 sont difficiles à appliquer.

Abdul Sukkur, réfugié rohingya, tente de se protéger du coronavirus en se lavant régulièrement les mains et en portant un masque, mais en tant que résident du camp de réfugiés le plus densément peuplé du monde, il ne peut pas toujours se tenir à distance de ses voisins.

«J’ai entendu dire qu’un homme dans un camp voisin a été infecté par le virus et je crains qu’il ne se propage bientôt ici», a déclaré Sukkur à VICE News depuis l’une des colonies encombrées du district de Cox’s Bazar au Bangladesh.

Plus d’un million de réfugiés musulmans rohingyas vivent dans les vastes camps bondés du sud du Bangladesh, après avoir fui le Myanmar dans des vagues de violence remontant à des décennies.

L’afflux le plus récent a eu lieu en 2017, lorsque l’armée birmane a violemment expulsé plus de 740000 Rohingyas dans le cadre d’opérations selon les enquêteurs de l’ONU menées dans une intention génocidaire. Le Myanmar dit qu’il se défendait contre les militants et bien qu’il ait admis certaines violations, il nie la prétention de génocide.

Les plans de rapatriement défectueux ont laissé les réfugiés rohingyas dans l’incertitude, mais l’arrivée du COVID-19 dans les camps en mai a ajouté de nouvelles couches d’incertitude et de peur dans un endroit qui manque d’installations médicales pour faire face à une grave épidémie.

Les cas sont encore relativement faibles par rapport à la région, avec au moins 180 infections confirmées et sept décès parmi la communauté de réfugiés rohingyas. Mais un travailleur humanitaire qui a sensibilisé à la menace du virus dans les camps a déclaré que des tests faibles signifient que le chiffre réel est presque certainement beaucoup plus élevé.

Une étude a révélé que quatre enfants sur dix avaient peur de mourir ou de perdre un parent à cause du COVID-19. La fermeture des services causée par une pandémie a également entraîné une augmentation des cas de traite des êtres humains, selon une autre étude.

Abu Korsldik, 41 ans, vit dans le même bloc de camp que Sukkur avec une grande famille de 11 personnes.

«J’essaie de suivre les directives sanitaires, mais il est impossible de maintenir une distance sociale», a-t-il déclaré.

Un dirigeant communautaire de 25 ans, Abdul Halim, a reçu une formation de deux jours sur la protection de la santé dispensée par des ONG et a déclaré que se laver les mains régulièrement est faisable grâce aux dons de savon et d’eau.

Mais il n’y a que 25 toilettes pour 480 personnes vivant dans sa section. Il y a des marchés animés et des centres de distribution d’aliments emballés. Il a également déclaré que seulement 10% environ des habitants de sa région portent des masques.

D’autres réfugiés dans les camps se concentrent sur ce qu’ils considèrent comme des problèmes plus urgents.

Mohammad Kasim, 55 ans, a déclaré qu’il n’était pas aussi préoccupé par le COVID-19 que par le fait de retourner dans sa «vraie maison» au Myanmar.

Plusieurs plans de rapatriement ont échoué, les Rohingyas refusant de revenir dans le nord de l’État de Rakhine sans garanties de liberté de mouvement et autres droits fondamentaux de citoyenneté qui leur ont été progressivement retirés au fil des ans.

Une grande partie de la population birmane ne les accepte pas en tant que citoyens birmans et les considère comme des immigrants malgré les historiques de résidence remontant à des centaines d’années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici