« Les policiers menaçaient de me violer » - Les histoires horribles de filles palestiniennes dans les prisons israéliennes

Dans un long couloir, des agents du renseignement israélien se tenaient debout et applaudissaient sarcastiquement alors que les geôliers emmenaient Mays Abu Ghosh menotté dans une cellule d’interrogatoire militaire, rapporte l’agence Anadolu.

« Ils se moquaient de moi, disant que je mourrais lors de l’interrogatoire », a déclaré Mays à l’agence Anadolu.

Au milieu de son cycle menstruel, Mays a été attachée à la chaise par les mains et les chevilles et a étiré son corps en forme de banane pendant des heures, ce qui l’empêchait de dormir.

« Je ne pouvais pas marcher, les geôliers me retenaient dans la cellule », a ajouté Mays.

Les mains de May saignaient constamment à cause des chaînes. Elle a refusé d’être soumise à une autre session d’interrogatoire militaire, alors l’officier du renseignement a attrapé Mays et l’a plaquée contre le mur.

Mays a poursuivi: « Ils ne m’ont fourni aucun tampon ou sous-vêtement dont j’avais besoin en cette période délicate pour aucune femme dans le monde. »

33 jours de torture

Gosh, 24 ans, du camp de réfugiés de Qalandiya, est un étudiant en journalisme et en médias à l’Université de Birzeit qui a été arrêté le 29 août 2019, puis soumis à d’horribles tortures en isolement cellulaire pendant 33 jours au centre d’interrogatoire d’Al-Maskobya.

Au cours de son confinement dans le tristement célèbre établissement, elle a perdu 12 kilos.

« Les officiers essayaient constamment de me convaincre que j’étais devenue folle et que j’essayais de me suicider, alors ils ont fait venir des travailleurs sociaux, mais c’étaient en fait d’autres officiers », a raconté Mays.

Lorsque ces policiers étaient dans la cellule avec Mays, elle leur a montré les blessures et les contusions qu’elle avait subies à la suite des abus qu’elle avait subis et leur a demandé : « Qui veut tuer une autre personne ? Je suis étudiante, et vous me retenez. »

Mays a fréquemment demandé des analgésiques pour soulager les douleurs dans sa tête et ses muscles, mais elle a généralement été refusée.

Au cours des séances d’interrogatoire, les policiers ont délibérément forcé Mays à entendre les cris des détenus soumis à des tortures physiques lors d’un interrogatoire militaire, tout en la menaçant que ce qui lui arriverait serait encore plus horrible.

« Ils m’ont menacée que je serais ici morte ou paralysée, et ils m’ont également menacé de me violer », a-t-elle déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici