Les forces israéliennes tuent Salah Mohamed Ali âgé de 21 ans

Mercredi, les forces israéliennes ont abattu un Salah Mohamed Ali âgé de 21 ans en Cisjordanie occupée, tandis qu’un garçon blessé lors d’affrontements dans un camp de réfugiés à Jérusalem-Est est décédé des suites de ses blessures.

 

Aref Lahlouh, du camp de réfugiés de Jénine, se trouvait avec sa mère et son frère près de la colonie de Kedumim, à l’est de Qalqilya, dans le nord de la Cisjordanie, lorsqu’il a été tué. Son corps a ensuite été saisi par les troupes israéliennes.

Les médias israéliens ont affirmé que Lahlouh portait un couteau pour une attaque.

Les forces israéliennes ont ensuite arrêté le père de Lahlouh, Abdul-Nasser, 54 ans, alors qu’il rentrait chez lui après son travail en Israël à un poste de contrôle militaire dans le nord de Jénine, ont indiqué des sources palestiniennes.

Par ailleurs, Mohammed Ali Abu Salah, un jeune Palestinien grièvement blessé après avoir été touché par une balle tirée par un soldat israélien lors d’affrontements entre des dizaines de Palestiniens et la police israélienne dans le camp de réfugiés de Shuafat, à l’est de Jérusalem, est décédé, ont indiqué des sources médicales palestiniennes. Mercredi soir.

Les troubles ont éclaté lorsque quelque 300 policiers israéliens sont arrivés au camp pour démolir la maison d’Uday Al-Tamimi qui avait tué par balle la policière militaire Noa Lazar à un poste de contrôle en octobre. Il a été tué par les forces israéliennes après une chasse à l’homme de 10 jours, indique Arab News.

Les derniers décès portent à 20 le nombre de Palestiniens tués par des Israéliens depuis le début de l’année, dont quatre enfants. L’année dernière, 224 Palestiniens ont été tués.

L’armée israélienne a également démoli six maisons dans le village d’Al-Dyouk Al-Tahta, à l’ouest de Jéricho.

Des sources palestiniennes ont déclaré que le village, avec une population de 1 300 habitants, a été soumis à des attaques continues de l’armée israélienne dans le cadre d’une politique de déplacement forcé visant à vider la zone de ses habitants d’origine en faveur de la colonisation israélienne.

Mercredi également, des dizaines de civils, dont des écolières, ont été blessés par des gaz lacrymogènes tirés par l’armée israélienne lors d’affrontements qui ont éclaté dans la ville de Beit Ummar, au nord d’Hébron.

Adnan Al-Damiri, général de division à la retraite et ancien porte-parole des services de sécurité palestiniens, a déclaré à Arab News que les soldats israéliens semblaient désormais capables d’ouvrir le feu sur des Palestiniens simplement parce qu’ils étaient considérés comme des suspects.

Il a déclaré : « Tant que l’armée et le gouvernement israéliens ne tiennent pas pour responsables leurs officiers qui tuent des Palestiniens sans raison, la résistance palestinienne s’intensifiera contre l’armée israélienne ».

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici