Aix-Marseille - l’enseignante qui avait comparé l’islam à une MST campe sur ses positions

L’enseignante poursuivie par la Ligue des Droits de l’Homme pour avoir critiqué l’Islam comprend que l’on puisse ne pas être d’accord avec elle, mais assume ses propos.

Lors d’un cours de masseur 2 sur l’Islam et le judaïsme, la professeure à la fac de droit d’Aix-Marseille avait reçu une plainte de la Ligue des droits de l’homme, pour avoir parlé de « religions sexuellement transmissibles ».

Cette enseignante accusée de racisme pour des propos sur une religion révèle ne regrette pas ses propos.

« Mon nom est publié et répété par Mediapart, alors que le nom des étudiantes qui « témoignent » dans le même article est soigneusement anonymisé… Deux mois après l’assassinat d’un enseignant, on est sur une inversion totale des valeurs ! (…)

On peut évidemment tenter de faire entrer au chausse-pied mes propos dans le cadre de l’injure à un groupe de personnes par un raisonnement hasardeux, mais il est pourtant très clair que mes propos portent sur l’islam et non sur les musulmans, ce qui ne correspond à aucune infraction pénale. »

Rappel des faits

Fin octobre, devant près de 600 étudiants, une professeure de l’Université d’Aix-Marseille a comparé l’Islam à une MST puis l’a qualifié de « RST », une « religion sexuellement transmissible ».

Suite à ces propos intolérants, la Ligue des Droits de l’Homme a annoncé ce lundi avoir saisi la justice pour injure raciale.

Le président de l’Université d’Aix-Marseille a déclaré de son côté :

« De tels propos ne sont pas en cohérence avec ce que défend l’établissement. »

Une étudiante musulmane inscrite à l’Université d’Aix-Marseille en première année du master droit des affaires explique :

«Si ce n’est pas en cours avec mes professeurs que je me sens en sécurité, où puis-je me sentir en sécurité ? »

Cette étudiante a par ailleurs expliqué avoir été tellement choquée par ces propos de la professeure qu’elle n’en a pas dormi de la nuit.

L’étudiante d’Aix-Marseille explique également :

« Il y a ces propos particulièrement graves et il y a aussi le contexte qui fait qu’en tant que musulmane, ce n’est pas toujours facile. »

C’est le co-fondateur de Mediapart, Edwy Plenel, qui vient de révéler cette affaire. Sur son compte Twitter, il a publié le message suivant :

 » A l’Université d’Aix-Marseille, une prof de droit a tenu des propos islamophobes devant près de 600 étudiants, fin octobre, comparant l’islam à une «MST» puis à une «RST», «religion sexuellement transmissible». La Ligue des Droits de l’Homme a saisi la justice pour injure raciale. »

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici