13 décembre 2016 | 5.64K vues | 0 commentaire

Quand le musée d’Orsay fait comprendre à une classe du 93 qu’elle n’est pas la bienvenue !

Image de l'article Quand le musée d'Orsay fait comprendre à une classe du 93 qu'elle (...)
ZOOM

Les jeunes de Seine Saint-Denis souffrent d’affreux clichés liés à leurs conditions sociales.
Méprisés, considérés comme des délinquants récidivistes, la réputation des jeunes du “9-3” (comme on se plaît à les appeler pour accentuer leur différence), sont poursuivis par une meute d’agents de sécurité lors de leurs sorties scolaires.

Marianne Acqua, une enseignante de Seine-Saint-Denis a osé dénoncer le traitement de ses élèves par les gardiens d’un musée.
Ce mercredi 7 décembre, une professeure d’histoire-géo du lycée Maurice Utrillo de Stains (Seine-Saint-Denis) avait décidé de faire visiter le musée du Quai d’Orsay à sa classe de première bac professionnel vente dans le cadre d’une leçon sur l’histoire des ouvriers au XIXe siècle.
Malheureusement cette visite pédagogique s’est transformée en périple discriminatoire.

Insultes du type «  Fermez vos gueules  », menaces ou violences verbales, la professeure de la classe a été autant agressée que ses élèves :
«  Je fermais la marche du groupe avec une collègue et j’ai été accueillie par les injures d’un gardien de salle, visiblement très remonté contre mes élèves. Il n’arrêtait pas de leur ordonner de se taire... alors qu’ils étaient immobiles et silencieux comme des statues !  »
Marianne Acqua relate les faits sur son compte Facebook pour partager son désarroi.
Elle racontent également qu’un escadron de gardiens a décidé de les escorter en proférant des fausses accusations à l’encontre du groupe d’élèves :
«  On s’est fait suivre par quatre surveillants, qui prétendaient avoir été agressés verbalement et exigeaient notre départ sans quoi ils menaçaient de se mettre en grève.  »

Le groupe scolaire est exclu de chaque salle les unes après les autres. Lassées, les deux enseignantes décident de quitter les lieux, ne souhaitant pas accentuer cette détestable stigmatisation : «  Bravo, chapeau bas le Musée d’Orsay, félicitations Paris, performance réussie  », écrit l’enseignante sur Facebook :
«  Ce n’est pas la première fois qu’on me signifie que la place de mes élèves n’est pas au musée. A Pompidou, par exemple, on m’avait suggéré que c’était à la piscine municipale que nous aurions dû aller…  »

Sollicitée par le magazine d’actualités “l’Obs” par mail et par téléphone, la direction du Musée d’Orsay a répondu dans un communiqué :
«  Le musée tient à préciser que ce groupe semble avoir eu un comportement bruyant, à l’origine de l’incident. Il regrette qu’une situation conflictuelle se soit développée. L’intervention de l’encadrement de la surveillance du musée a permis d’apaiser la situation.
Le groupe a pu continuer sa visite. Le musée va prendre contact avec la direction de l’établissement dans la journée. La direction du musée rappelle qu’elle met tout en œuvre pour recevoir dans les meilleures conditions plus de 150.000 élèves chaque année venant de tous horizons. Elle est très attentive à permettre à tous les publics d’être bien accueillis au musée.
 »

profil de Rédaction alNas

Auteur : Rédaction alNas

Posté le : 13 décembre 2016

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous