La Palestine n'est plus une priorité pour les États arabes

La Ligue arabe a refusé de tenir une réunion urgente à la demande de la Palestine pour discuter de l’accord de normalisation EAU-Israël. Cela a été irrespectueux envers les Palestiniens et suggère que le monde arabe est plus ou moins satisfait de l’accord. L’Autorité palestinienne peut à juste titre prétendre qu’elle a perdu le soutien arabe et qu’elle est désormais seule.

Il ressort clairement des réactions arabes, en particulier des versions officielles, que nous sommes à une étape historique du conflit israélien avec les Palestiniens et à un tournant stratégique dans les relations d’Israël avec le monde arabe.

Malgré les maux et les catastrophes causés par les accords d’Israël avec l’Égypte (1979), la Jordanie (1994) et les Palestiniens (1993), son récent accord avec les Émirats arabes unis est encore plus dangereux. Israël a établi des relations froides dans les trois premiers cas, mais dans l’accord avec les Émirats, il fait un grand pas vers l’un de ses objectifs stratégiques à long terme: l’intégration dans la région.

C’est la première fois qu’Israël a normalisé ses relations avec un État qui n’est pas un voisin immédiat, ce qui reflète l’importance que les éléments du «camp pragmatique» attachent aux relations avec Israël. Plus important encore, l’accord nuit à la possibilité de pressions exercées sur Israël pour qu’il revienne aux frontières nominales de 1967.

Un aspect de l’accord est que les EAU évitent tout engagement envers la Palestine, même si cela frustre les Palestiniens. Abu Dhabi n’est pas timide à ce sujet, comme le prince héritier Mohammed Bin Zayed l’a apparemment clairement indiqué lors de ses entretiens avec les Israéliens sur les avantages mutuels de la nouvelle relation.

La prédiction israélienne est que l’accord avec les Émirats arabes unis conduira d’autres pays arabes à suivre l’exemple d’Abou Dhabi au cours du mandat actuel de Trump. L’autorisation de l’Arabie saoudite pour le premier vol Israël-Émirats arabes unis cette semaine à utiliser l’espace aérien saoudien est en tout cas une normalisation partielle. Les Palestiniens ont peut-être maintenant perdu l’une de leurs principales sources de pression pour empêcher une normalisation ouverte entre Israël et les États arabes.

Les Israéliens affirment que l’accord avec les EAU a affecté le droit de veto habituel des Palestiniens aux changements de positions arabes sans le consentement de la Palestine, malgré un certain soutien dans les cercles du Parti démocrate américain et de l’UE, ainsi que dans le camp anti-israélien en Iran, Turquie et Qatar. C’est un fait que le camp arabe pragmatique ne dépend plus des Palestiniens en termes de ses intérêts vitaux et que leur cause est donc en bas de la liste des priorités.

De plus, les Arabes qui soutiennent les Emirats Arabes Unis essaieront de bénéficier de la normalisation avec Israël pour obtenir des armes avancées des Etats-Unis, car ils s’attendent à ce qu’Israël ne soit pas trop déterminé à empêcher cela, malgré son opposition connue aux ventes d’armes qui peuvent mettre en danger sa qualité. supériorité militaire. Ils peuvent également bénéficier des renseignements israéliens et de la technologie militaire pour réprimer l’opposition intérieure.

Le principal problème d’arène pour ces États arabes est, bien sûr, l’Iran. Ils veulent limiter son influence régionale et l’empêcher de se doter d’armes nucléaires. Ils s’attendent à ce qu’Israël convaincre les États-Unis d’affronter l’Iran, surtout si Joe Biden devient président.

Ces positions officielles arabes sur l’accord EAU-Israël ont incité les dirigeants palestiniens à trouver une réponse appropriée à l’accord. Cependant, les options sont limitées étant donné que la Ligue arabe et l’Organisation de la coopération islamique restent silencieuses à ce sujet.

L’impression qui prévaut dans les cercles palestiniens est que le silence honteux des Arabes sur l’accord EAU-Israël indique qu’ils sont confrontés à une menace majeure et que leur frustration peut déclencher une réaction de colère, les théories du complot abondant au sein de la communauté. Mis à part les complots, le fait est que les Palestiniens peuvent voir un changement dangereux dans leur situation.

En effet, ce silence arabe démontre que les déclarations autrefois enthousiastes en faveur des Palestiniens n’ont jamais eu l’intention de se traduire par une aide significative en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et dans les communautés de réfugiés. Cela place désormais le mouvement national palestinien à la croisée des chemins.

Il est vrai que le monde arabe en général se soucie toujours des Palestiniens, malgré ce dernier «accord de paix». Cependant, la question palestinienne est passée d’une cause panarabe à une tragédie qui n’affecte que le peuple de la Palestine occupée. Leur cause a peut-être perdu son influence sur la prise de décision arabe, car les riches États du Golfe sont devenus un centre commercial international qui ne traite pas l’Occident comme un ennemi oppressif, mais comme une opportunité d’investissement et une source de stabilité.

En outre, les menaces régionales pesant sur les régimes arabes, à la fois internes et externes, peuvent avoir incité les positions officielles à s’éloigner de la question palestinienne. Les Israéliens interprètent cela comme signifiant que les Palestiniens attendront longtemps pour mettre fin au conflit, notamment parce que, depuis les accords d’Oslo, Israël sait que plus l’attente est longue, plus il gagnera.

Il convient de noter que le slogan «paix contre paix» sur lequel se fonde l’accord EAU-Israël n’est pas exact, car ils n’ont pas eu de conflit sur le terrain. La vérité derrière cet accord est que les EAU, ainsi que les pays qui les soutiennent, ont mis de côté la cause palestinienne et qu’Israël peut désormais profiter de ses relations avec les pays arabes «modérés», voire sans eux. La Palestine n’est plus une priorité pour les Émirats arabes unis et les autres États arabes.

1 COMMENTAIRE

  1. Les Palestiniens, peuvent dire un grand merci, au Hamas, et a l’ Iran !
    Mais, la Turquie, va s’en occuper, her Erdogan, va en faire son cheval de djihad !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici