L'Israélienne Hallel Rabin 19 ans, a été emprisonnée pour avoir refusé de servir dans l’armée

L’objecteur de conscience israélien Hallel Rabin a commencé à purger mercredi une peine de 25 jours dans une prison militaire pour avoir refusé de rejoindre l’armée israélienne en raison de sa politique envers les Palestiniens.

 

Rabin, 19 ans, du kibboutz Harduf, dans le nord d’Israël, est arrivée lundi à la base de conscription de Tel Hashomer, où elle a été conduite devant le comité des objecteurs de conscience de Tsahal. La conscription militaire est obligatoire pour la plupart des Israéliens juifs.

C’est la troisième période d’incarcération de Rabin, alors que son appel au comité des objecteurs de conscience est toujours en suspens. Elle a été emprisonnée pour la première fois en août après avoir comparu devant le comité pour demander une exemption. Elle a été jugée et condamnée à deux périodes d’incarcération différentes, y compris pendant Rosh Hashanah, le Nouvel An juif.

«Les gens au pouvoir instaurent une politique d’occupation et d’oppression de toute une nation», a écrit Rabin dans sa déclaration de refus plus tôt cette année. «Je ne participerai pas à un système basé sur l’inégalité et la peur. Nous vivons dans une réalité qui nous élève à la violence, et je refuse d’y participer ou de me taire. »

Lors d’un appel téléphonique la veille de sa condamnation, Rabin a déclaré à +972: «Je viens d’un foyer très libéral. Nous avons tous été élevés sur l’idée d’amour, d’égalité et de liberté. Je n’ai jamais pensé qu’il devrait y avoir une différence entre des personnes de races, de sexes ou de sexes différents. » confie Hallel Rabin.

«Ma mère est professeur d’éducation civique. Dès mon plus jeune âge, je me suis posé des questions sur la guerre; pourquoi il y a eu la guerre dans certains endroits mais pas dans d’autres, pourquoi [nous avons] peur des Arabes, etc. J’ai eu accès à des réponses professionnelles à mes questions… Dès mon plus jeune âge, j’ai réalisé que tout le monde ne pense pas comme moi. »

Au moment où Rabin est entré au collège, la politique était déjà devenue une question brûlante pour elle. «À 15 ans, j’ai compris que je ne pourrais pas m’enrôler [dans l’armée israélienne] – que cela va à l’encontre de mes idéaux les plus fondamentaux et que je ne peux pas soutenir des politiques aussi violentes.»

Ce n’était pas de la naïveté ou un refus de prendre ses responsabilités, poursuit Hallel, mais un choix de prendre la voie la plus difficile. «J’aurais pu suivre le système… mais j’ai décidé de ne pas le faire parce que j’avais l’impression que ce n’était pas honnête. Cela aurait signifié éviter d’assumer la responsabilité de notre réalité. »

«Je m’efforce d’être pacifiste. Je reconnais les énergies violentes que j’ai malheureusement, mais je m’efforce d’apporter des changements par la non-violence. Même si je vivais en Suisse, je refuserais de rejoindre leur armée. L’essence d’une armée est de se battre, et en Israël, cela a un contexte politique. », explique Hallel Rabin.

À la maison, Rabin dit qu’elle se sent soutenue par sa famille et ses amis, même si ses grands-parents restent très inquiets. Elle sourit en les citant: «Pourquoi es-tu en prison? Tu n’es pas une criminelle ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici