ONU - Une décision historique concernant la Palestine

La résolution adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU vendredi dernier est historique car elle met une nouvelle fois en lumière l’occupation israélienne et ses violations quotidiennes des droits du peuple palestinien que le monde a normalisées. Par conséquent, de nombreux médias occidentaux n’ont pas accordé beaucoup d’importance à la décision, non seulement parce qu’elle a été prise par l’Assemblée générale des Nations Unies, qui n’est pas considérée comme ayant beaucoup de valeur, mais aussi parce qu’elle n’a pas attiré l’attention sur les répercussions négatives que cette décision pourrait avoir sur l’existence d’un Etat membre de ce conseil qui occupe le droit du peuple palestinien et l’usurpe.

Pour mesurer l’importance de cette décision, il faut lire la réaction israélienne, qui s’est traduite par la déclaration du nouveau-vieux Premier ministre Benjamin Netanyahu, lorsqu’il a qualifié la décision de « méprisable » !

L’ONU a voté pour demander à la Cour internationale de justice (CIJ) d’émettre un avis consultatif définissant l’occupation israélienne de la Palestine et exposant les implications de ses violations du droit du peuple palestinien à l’autodétermination, vieilles de plusieurs décennies. L’importance de la décision réside dans le fait qu’elle ramènera la discussion sur l’occupation israélienne à la case départ, afin de soulever toutes les formes de falsification, de distorsion et d’égarement de l’opinion publique mondiale sur l’une des questions les plus justes de notre époque contemporaine. l’histoire, qui est la cause palestinienne. Il mettra une fois de plus en lumière la plus grande injustice historique dont une nation a été victime dans l’histoire moderne et dont elle souffre encore et fait d’énormes sacrifices au quotidien pour y faire face.

Cette décision équivaut à corriger l’erreur historique qui a été ignorée par le monde, lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies a annulé sa décision de 1975 de qualifier le sionisme d’idéologie raciste. La semaine dernière, il y a eu un grand consensus entre les nations, avec 87 pays votant en faveur de la décision, dont beaucoup ont de bons liens avec Israël, et seuls 26 pays s’y sont opposés.

Pour se rendre compte de l’importance de cette décision et de ses conséquences futures qui mettent en danger l’existence de l’occupation israélienne, il faut reprendre la lecture de la nature de l’avis consultatif demandé à la CIJ, qui était formulé en six questions principales : Quels sont les effets juridiques découlant de la violation continue par Israël du droit du peuple palestinien à l’autodétermination ? Quels sont les effets de son occupation, de sa colonisation et de son annexion à long terme des territoires palestiniens occupés depuis 1967 ? Qu’en est-il des mesures visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut de la ville sainte de Jérusalem ? Et son adoption de législations et de mesures discriminatoires à cet égard ? Comment les politiques d’Israël et les pratiques susmentionnées affecteront-elles le statut juridique de l’occupation ? Quelles sont les implications juridiques de cette situation pour tous les pays et l’ONU ?

Ceux qui ont approuvé la décision ont demandé que l’avis consultatif juridique requis soit conforme aux règles et principes du droit international, y compris la Charte des Nations Unies, le droit international humanitaire, le droit international des droits de l’homme, les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, de l’Assemblée générale et du Conseil des droits de l’homme, et la décision de la Cour avis consultatif daté du 9 juillet 2004. L’avis susmentionné est lié au mur de séparation qu’Israël a construit à l’intérieur des territoires palestiniens occupés, et il l’a considéré comme une violation du droit international, et a exigé que l’occupation israélienne cesse de construire le mur, démolisse ce qui a été construit , et indemniser toutes les personnes touchées, y compris celles qui vivent à Jérusalem-Est occupée et dans ses environs.

Certains peuvent dire que cet avis a été émis il y a plus de 18 ans et que le mur est toujours debout et grandit, il y a même des lois et des législations qui justifient les politiques d’apartheid et de discrimination. Cependant, ce qui rend cet avis important, c’est qu’il a été émis par la plus haute instance judiciaire internationale, et qu’il dépouille ce mur de toute légitimité, quelle que soit l’ancienneté de son émission, et tous les effets négatifs sur les droits des Palestiniens qui en résultent en l’avenir. C’est là que réside l’importance des batailles juridiques menées par les Palestiniens, et elles ne sont pas moins importantes que la vaillante résistance que l’héroïque peuple palestinien mène au quotidien sous toutes les formes de lutte qui s’offrent à lui pour défendre son droit à l’autodétermination. Alors que la bataille menée quotidiennement par les Palestiniens est une bataille existentielle, dans les forums internationaux, c’est une bataille de la légitimité internationale et du droit international contre ceux qui désobéissent et violent la loi et la légitimité. Le vote à l’Assemblée générale de l’ONU sur la demande du nouvel avis consultatif a indiqué un changement dans l’équilibre des forces en faveur de la vérité, de la justice et des principes du droit international qui finiront par triompher, peu importe le temps qu’il faudra, parce que le pouvoir de la vérité et de la loi peut rendre justice et restaurer les droits de leurs propriétaires légitimes, quel que soit le temps que cela prendra.

Le simple fait d’accepter le vote sur la demande d’avis de la plus haute instance judiciaire internationale équivaut à une reconnaissance officielle par la plupart des pays qui ont voté en faveur de la décision selon laquelle la présence israélienne sur la terre palestinienne est une occupation basée sur la politique d’apartheid. Il s’agit d’une condamnation claire de cet État qui indique un tournant important dans le cours de la lutte palestinienne pour l’autodétermination.

Malgré le fait que 70 ans se sont écoulés depuis la création d’Israël et plus de 50 ans depuis qu’il a occupé Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est, il n’a pas réussi à imposer sa domination sur le peuple palestinien inébranlable. La formation du nouveau gouvernement israélien composé de racistes, d’extrémistes et même de terroristes n’est rien d’autre qu’un pas en arrière vers les débuts de l’existence d’Israël, qui a été établi par des organisations terroristes sionistes, avec la complicité des puissances coloniales au début de le siècle dernier.

La résistance palestinienne, que de nombreux normalisateurs du monde arabe ont sous-estimée, récolte ses fruits avec le temps. Après plus de 50 ans d’occupation de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est par la force, le régime militaire israélien en place ne peut plus être considéré comme une simple occupation. De nombreuses organisations internationales de défense des droits de l’homme ont commencé à utiliser le terme apartheid pour le décrire. Il ne s’agit pas seulement d’un changement de concepts et de terminologie, mais aussi d’un changement dans les conséquences juridiques qui en découleront, dont la CIJ tiendra compte lors de l’émission de son avis consultatif tant attendu. Peu importe leur durée, l’occupation et la colonisation ont un prix politique et moral élevé et le fait que les alliés de cette occupation y aient cédé et que certains pays arabes se soient normalisés avec elle ne suffit pas à la sauver du châtiment. Les droits des nations en lutte ne meurent pas avec le temps et, comme le dit le vieil adage, « Un droit n’est jamais perdu, tant que quelqu’un s’efforce de le revendiquer ».

Cet article est paru pour la première fois en arabe dans Al-Araby Al-Jadeed le 4 janvier 2023

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici