Un ministre danois suggère aux imams d’autoriser les relations sexuelles avant le mariage pour les femmes

Un ministre danois a provoqué l’indignation de la minorité musulmane pour avoir suggéré que les imams et les dirigeants communautaires soutiennent publiquement le «droit» d’avoir des relations sexuelles avant le mariage pour les femmes.

Mattias Tesfaye, ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration, a déclaré dans un message sur Facebook le mois dernier, après avoir rencontré des dirigeants musulmans: «Je leur ai demandé très directement s’ils diraient haut et fort en public que les femmes musulmanes, bien sûr, ont le droit au sexe avant le mariage, comme toutes les autres femmes. »

Dans un éditorial du journal danois Dagbladet Information, également publié en octobre, Tesfaye a écrit: «J’ai entendu dire que certaines femmes musulmanes craignent de ne pas saigner la nuit de noces. Ils ont peur d’être battus parce que la famille s’attend à ce qu’ils soient vierges la nuit de noces.

«C’est votre vie et votre choix. Ne vous laissez pas gouverner par des imams ou des normes dépassées. »

Hediye Temiz, qui à 22 ans est l’un des plus jeunes membres du conseil municipal du Danemark, dans la ville d’Albertslund, a déclaré que l’approche de Tesfaye était erronée.

«Il veut résoudre les problèmes (des femmes musulmanes), mais je pense que la façon dont il essaie de le résoudre n’est pas la bonne», a déclaré Temiz, ajoutant qu’elle a rejoint la politique parce qu’elle était frustrée par la façon dont les politiciens parlaient aux musulmans au Danemark.

Tesfaye, ces derniers mois, a de plus en plus ciblé des sujets concernant les femmes musulmanes au Danemark, qui ont abouti à une nouvelle campagne lancée le 14 novembre par l’Agence danoise pour le recrutement international et l’intégration, destinée aux femmes issues de minorités.

Tesfaye a précédemment affirmé que le Danemark était témoin d’une «guerre d’indépendance globale», où les jeunes femmes vivent dans des «prisons invisibles», dans des mariages forcés ou violents, faisant partie de ce qu’il appelle un «contrôle social négatif».

Il a promis un certain nombre de projets de loi dans les semaines à venir à régler ; classant «le contrôle social négatif» comme violence psychologique, les projets de loi visent à punir les imams de trois ans de prison maximum s’ils produisent «des contrats de divorce religieux selon les règles de la charia [islamique]», a déclaré un communiqué de presse du gouvernement.

Une autre proposition vise à criminaliser les prédicateurs religieux ou les parents de mineurs – ceux de moins de 18 ans – s’ils marient l’enfant, mais cela est déjà illégal au Danemark.

Les imams qui ne sont pas citoyens danois courent également le risque d’être expulsés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici