Covid-19 - une femme meurt après avoir développé un caillot dans son cerveau suite à la vaccination

Le Québec a enregistré son premier officiel décès lié aux complications du vaccin AstraZeneca – une femme qui a développé un caillot sanguin dans son cerveau, a annoncé mardi le directeur de la santé publique, le Dr Horacio Arruda. Santé Canada a confirmé plus tard que le décès était le premier du genre au Canada.

La femme était Francine Boyer, 54 ans, de Saint-Rémi, qui a reçu une première dose du vaccin AstraZeneca avec son mari, Alain Serres, le 9 avril, a confirmé Serres mardi soir.

Boyer a ressenti une fatigue extrême et des maux de tête pendant quelques jours après avoir reçu le vaccin et a été transporté à l’hôpital le plus proche. Alors que son état empirait, elle a été transférée à l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal où elle est décédée vendredi d’une thrombose cérébrale (un caillot sanguin).

«Parfois, malheureusement, il y a des complications», a déclaré Arruda. «Je tiens à présenter mes plus sincères condoléances et mes plus sincères condoléances à la famille.»

Le gouvernement du Québec et les experts affirment que la mort de Boyer ne devrait pas décourager les Québécois de se faire vacciner étant donné que de rares cas de complications étaient attendus sur la base de données vaccinales d’ailleurs.

Le cas de Boyer est l’un des quatre caillots sanguins que la province a détectés chez des personnes qui ont reçu le vaccin AstraZeneca à ce jour sur plus de 400 000, a déclaré le ministre de la Santé, Christian Dubé. Les données montrent qu’environ une personne sur 100 000 souffre généralement de complications, ce qui signifie que les statistiques du Québec sont comparables à celles enregistrées ailleurs.

«Nous sommes, malheureusement, exactement dans la moyenne», a déclaré Dubé. « C’est triste, mais c’est quelque chose que nous attendions. »

Deux des quatre cas de caillots sanguins – dont celui de Boyer – ont été directement liés au vaccin, tandis que deux autres font l’objet d’une enquête.

Les deux derniers cas «pourraient être associés au vaccin ou non; il doit y avoir un test de confirmation », a déclaré Arruda. «Il arrive (que) des personnes soient vaccinées et aient un caillot sanguin, mais cela n’est pas associé à ce phénomène.»

La province a récemment abaissé l’âge minimum pour recevoir le vaccin AstraZeneca de 55 à 45 ans, envoyant des milliers de Québécois dans des cliniques sans rendez-vous la semaine dernière. Né en 1966, Boyer était admissible à la première série de vaccinations sans rendez-vous avec AstraZeneca au Québec.

Les directives concernant les personnes qui devraient recevoir le vaccin ont été modifiées à plusieurs reprises dans le monde en raison de cas extrêmement rares de caillots sanguins avec de faibles plaquettes. Les gouvernements et les experts ont largement soutenu que les avantages de la vaccination de masse l’emportent sur le risque de complications, et au Québec, les experts disent que c’est toujours le cas.

«Les faits n’ont pas changé, aussi triste que soit cet événement», a déclaré le Dr Alain Lamarre, spécialiste en immunologie et virologie à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS). «Je pense que la plupart des gens devraient savoir maintenant qu’il y a ce risque. C’est un risque rare, c’est un risque faible, mais c’est là. « 

Malgré le risque extrêmement faible, Lamarre a déclaré qu’il pouvait comprendre que les Québécois s’inquiètent après le décès, car c’est plus près de chez eux.

«Quand cela se produit en Europe, c’est une chose, mais si cela arrive à quelqu’un dans votre région, cela frappe plus fort», a-t-il déclaré. «Nous pensons toujours au plus grand bien, mais quand vous êtes une personne sur 100 000 ou un million, eh bien, vous obtenez l’effet à 100%.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici